Euroleague – 39 de température pour Nick Calathes !

0

Dans un match très important pour le Top 8, le meneur grec a fait parler son talent. Quand ça compte vraiment, le Panathinaïkos s’en remet à son patron.

Une victoire de plus, une ! Le Panathinaïkos continue sa série avec une sixième victoire consécutive (la septième en huit matchs). Neuvième avant la rencontre, l’équipe d’Athènes se déplaçait à Milan pour y affronter un concurrent direct dans la course aux Playoffs. Menés à la mi-temps (47-44), les joueurs de Rick Pitino réalisent un acte 2 solide, remporté 51 à 36 pour l’emporter finalement de douze longueurs, 95 à 83.

Dans ce match, c’est Nick Calathes qui a flambé. Opposé à l’un des favoris au titre de MVP de la saison (Mike James), le joueur hellène a montré du répondant et a encore démontré tout le talent qui fait de lui un grand joueur. 27 points (12/17 à 2 points, 1/5 à 3 points), 8 rebonds, 14 passes, 2 interceptions et un gros 39 d’évaluation pour le super chauve de la « Green Team ». Face à lui, le meneur américain est resté sans solutions. James termine d’ailleurs la partie avec seulement 6 d’évaluation, sa plus mauvaise performance de la saison (16 points, 2 rebonds, 4 passes, 6 balles perdues).

A lire également : Mike James, futur MVP de l’Euroleague ?

Sur cette rencontre, Calathes égale sa meilleure marque à la passe cette saison, réalise sa troisième meilleure performance en carrière aux points (son record étant à 31) et établit ses records aux tirs à deux points inscrits (12) et aux minutes jouées avec 39 sur… 40. Oui Nick Calathes est bien le cerveau, le cœur et les jambes (de 30 ans) du Panathinaïkos.

Moins scoreur que la saison passée (12.3 contre 14.5 en 2017-2018), il n’en reste pas moins un joueur complet avec 4 rebonds, 8.8 passes, 1.8 interception et 16.2 d’évaluation (contre 18.5 lors de la dernière campagne) de moyenne cette année. Malgré quelques performances très moyennes (deux fois -4 d’évaluation…), l’ancien joueur de Memphis montre encore le chemin à son équipe. Dans son sillage, le Panathinaïkos résiste et s’installe à septième place avec un bilan, positif, de 15 victoires pour 13 défaites.

Logiquement élu MVP du Round 28, Nick Calathes se transforme en joueur irrésistible dès que le challenge est important. Une tradition grecque qu’il respecte scrupuleusement !

Mais aussi : Nick Johnson pigiste médical à Nanterre !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.