Vendredi débutera le Final Four de l’Euroleague, version 2018-2019. le Fenerbahçe, le CSKA Moscou, l’Anadolu Efes Istanbul et le Real Madrid sont les quatre équipes à se disputer le trophée le plus important en Europe. Quelle équipe affiche, sur le papier, le plus d’expérience dans la compétition ?


Autant se le dire tout de suite, nous pouvons bein faire parler les chiffres, mais rien – surtout en basket – ne présagera d’une victoire finale de l’équipe avec le plus de matchs joués ou le plus d’Euroleague remportées à la fin de ce weekend au Pays Basque. En se penchant sur ces stats, nous ne faisons apparaitre qu’une tendance quant à l’équipe qui pourrait tirer son épingle du jeu.

Honneur au champion en titre. Le Real Madrid est de retour au Final Four après son sacre, la saison dernière, dans les pas du génie Luka Doncic. L’effectif n’a pas beaucoup changé (départs de Doncic, Randle et Radoncic) et l’équipe connait le chemin menant au titre avec treize joueurs possédant au moins une Euroleague dans leur palmarès. Pablo Laso (51 ans) est le deuxième coach le plus expérimenté du Final Four (238 matchs) et a remporté deux fois la compétition. La maison blanche affiche d’ailleurs le plus gros total de matchs disputés en Euroleague avec 1997 rencontres. Beaucoup d’expérience donc, derrière des Felipe Reyes (344), Sergio Llull (265), Jaycee Caroll (219) ou Rudy Fernandez (216). Troisième de la saison régulière (22 victoires, 8 défaites), le Real a dominé le Panathinaïkos en Playoffs avec un sweep (3-0). Un back-to-back est-il envisageable pour les espagnols ? C’est une question que l’on s’était posé avant le coup d’envoi de la saison !

A lire également : Encore deux forfaits pour le Fenerbahçe ?

Face au Real se dresse le CSKA Moscou de Nando De Colo. En échec la saison passée en terminant à la quatrième place (défaite face au Zalgiris Kaunas lors de la petite finale), les moscovites repartent de l’avant avec l’envie de décrocher un sacre européen qui leur échappe depuis 2016. Réguliers, ils ont terminé la saison avec le même bilan qu’en 2018 (24 victoires, 6 défaites) tout en reculant d’une place au classement, passant de la première à la deuxième place, derrière le Fenerbahçe. En Playoffs, le CSKA a fait tomber Vitoria 3-1 avec un gros duel franco-français entre De Colo et Poirier, deux membres du second meilleur 5 majeur de l’année. Statistiquement, le CSKA affiche le deuxième effectif le plus expérimenté de ce Final Four avec 1863 matchs cumulés, pour 11 trophées glanés. Derrière ses leaders de terrain (De Colo, Rodriguez, Clyburn…), Kyle Hines est le capitaine courage et le cœur de cette équipe. Double meilleur défenseur de l’année et triple vainqueur de la compétition, il est le parfait relai de coach Itoudis.

Le conte de fée peut-il venir de l’Anadolu Efes Istanbul ? De retour des enfers après une saison catastrophique l’an dernier (dernière place), les turcs marchent sur l’eau et proposent un jeu flamboyant. Quatrième avec un bilan de 20 victoires pour 10 défaites, ils ont écarté Barcelone en Playoffs au terme d’un match 5 à la vie à la mort. L’Anadolu affiche moins de 1500 matchs cumulés en Euroleague (1348), aucun joueur de l’effectif ne dépasse les 200 matchs (186 pour Tibor Pleiss) et aucun n’a remporté la plus grande coupe d’Europe. Pourtant le rêve est permis pour Ergin Ataman (222 matchs sur les bancs d’Euroleague) et ses hommes. Adrien Moerman est dans une saison fantastique et apporte toute l’énergie du soldat qu’il est. Meilleure évaluation du club (15.7), le français en est aussi le meilleur marqueur (12.4) dans une équipe clairement tournée vers le collectif (2ème meilleure évaluation de la compétition avec 100.37). Autre danger à surveiller, le duo Larkin-Micic, deux joueurs en forme cette saison.

Enfin, terminons par le Fenerbahçe Beko Istanbul. Favoris après la saison régulière (1er avec 25 victoires, 5 défaites), favoris après les Playoffs (victoire 3-1 contre le Zalgiris Kaunas), le doute commence à s’installer chez les stambouliotes. Jo Lauvergne ainsi que Luigi Datome sont d’ores et déjà forfaits pour le Final Four et Nikola Kalinic mais aussi Jan Vesely pourraient eux aussi manquer ce dernier weekend. Pourtant, à la tête de cette équipe siège un magicien du coaching. Zeljko Obradovic détient non pas le secret de la potion magique, mais celui de la formule menant au titre. Ses 9 Euroleague parlent pour lui et ses joueurs en cumulent 11 autres. Avec 1777 matchs, le Fenerbahçe n’est que la troisième équipe la plus expérimentée de ce Final Four. Melhi Mahmutoglu (le capitaine), l’a déjà dit, ils vont se battre pour les absents. Il reste encore des joueurs de très haut niveau avec Kostas Sloukas, Ali Muhammed ou Nicolo Melli.

Le Real est sur le papier mieux armé que n’importe quelle autre équipe pour foncer vers le titre. Un doublé est possible mais en basket, la réalité d’un match peut faire déjouer tous les pronostics. Le choix est cornélien entre un doublé, le petit poucet de l’Anadolu, les revanchards du CSKA ou les magiciens du Fenerbahçe ? Faites votre choix ! Rendez-vous vendredi pour les premières réponses.

Mais aussi : Boris Dallo rejoint Nancy pour la fin de saison !