Du 31 août au 15 septembre, ils vont défendre les couleurs de leur pays. Nous vous proposons une sélection des éléments qu’il faudra surveiller de près durant la compétition.


Argentine :

Luis Scola – 39 ans, 2m06, ailier-fort, Shanghai Sharks

Le dernier des dinosaures. L’une des légendes de l’Albiceleste. L’ultime représentant de la génération dorée. A bientôt 40 printemps, Luis Scola est toujours dans le circuit. Une carrière professionnelle commencée au pays en 1996 avant de découvrir le monde (Liga, NBA, Chine). Le papy fait de la résistance et lors des qualifications, il tournait encore à 16.7 points (51% à 2 points), 8.1 rebonds, 2.4 passes et 16.7 d’évaluation. L’Uruguay en a fait l’amère expérience avec 29 points, 11 rebonds, 4 passes, 2 interceptions, 30 d’éval de l’ancien joueur des Rockets.

France :

Evan Fournier – 26 ans, 2m01, arrière, Orlando Magic

Comme annoncé dans la web série de la FFBB, notre Evan national doit être le leader offensif de cette équipe. Dans la force de l’âge, Fourmizz s’est fait une place de choix au sein de la NBA. La saison dernière, il apportait 15.1 points, 3.2 rebonds, 3.6 passes dans une équipe d’Orlando qui retrouvait les Playoffs. Féroce travailleur, il a toutes les qualités pour faire la différence sur le terrain. Avec sa mentalité de gagneur, Evan ne voudra pas partir du mondial sans une médaille. Face à l’Italie, il s’est offert un record sous le maillot bleu avec 29 points (7/10 à 2 points, 3/5 de loin) en seulement 19 minutes (son plus petit total en préparation).

Turquie :

Cedi Osman– 24 ans, 2m03, ailier, Cleveland Cavaliers

La star de l’équipe de Turquie. Deux fois médaillé chez les jeunes (champion d’Europe U18 et U20), 98 matchs en Euroleague et joueur membre NBA depuis deux saisons (137 matchs), Osman possède désormais assez d’expérience pour briller chez les grands. Venu prêter main-forte aux 12 géants (surnom de l’équipe), le mannequin de la publicité head & shoulders a joué quatre rencontres pour 19.3 points (46.2% de loin), 8 rebonds, 1.5 passe, 2 interceptions, 20 d’évaluation de moyenne.

USA :

Donovan Mitchell – 22 ans, 1m91, arrière, Utah Jazz

Gregg Popovich lui en a fait la demande et souhaite que Spida soit l’un des leaders de Team USA durant la Coupe du Monde. Nommé co-capitaine avec Kemba Walker et Marcus Smart, le patron des Spurs place une grande confiance envers le joueur d’Utah. Encore jeune, l’étoile montante du basket made in US, sait qu’il doit progresser. Quoi de mieux que de briller dans un contexte particulier (FIBA) et ramener la médaille d’or au pays à la fin de l’été. Pas impressionné après la défaite contre l’Australie, Donovan Mitchell apprend tout en gardant son esprit conquérant.

Espagne

Willy Hernangomez – 25 ans, 2m11, pivot, Charlotte Hornets

Probablement l’un des joueurs d’avenir pour la Roja. Avec Juancho, son frère, ils succèderont bientôt à la famille Gasol. Marc sera d’ailleurs aux côtés des deux frangins pour transmettre encore et encore la magie qui a porté l’Espagne vers le succès durant tant d’années. « Nous nous sentons vraiment comme une famille. Nous aimons être ensemble et se battre ensemble avec le maillot de l’Espagne sur les épaules. Il y a une excellente alchimie, camaraderie dans le groupe. Nous nous battrons tous les uns pour les autres. Nous sommes unis. C’est l’une de nos plus grandes forces. » Si l’Espagne ne fait pas office de grande favorite pour le titre, elle n’en reste pas moins une équipe dangereuse.

Lire aussi | La France dévoile son roster pour la Coupe du Monde !

Japon :

Rui Hachimura – 21 ans, 2m03, ailier-fort, Washington Wizards

Un extra-terrestre ? Un futur grand ? En tout cas, Rui Hachimura se souviendra longtemps de l’intersaison 2019. A 100% concentré dans sa préparation avec le Japon, le nouveau joueur des Wizards (9ème choix de la Draft) n’a pas le temps de douter : 35 points contre le Nouvelle-Zélande, 31 contre l’Allemagne ou 23 points dans la défaite face à l’Argentine. Des performances qui en font l’homme fort de la sélection japonaise. Il sera forcément surveillé de très près dans un groupe E compliqué pour le pays du soleil levant avec la République-Tchèque, la Turquie et l’ogre Team USA.


Chine :

Yi Jianlian – 31 ans, 2m13, ailier-fort, Guangdong Southern Tigers

L’ancien NBAer reste le visage principal de la sélection de l’Empire du Milieu. Passé par Milwaukee, New-Jersey (aujourd’hui les Brooklyn Nets), Washington et Dallas pour 272 matchs dans la grande ligue, Yi Jianlian a fait son retour au pays depuis 2012. Si la Chine organise le mondial, elle a tout de même participé aux qualifications dans un groupe avec la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, la Jordanie, le Liban et la Syrie. En quatre matchs, il tournait à 19.5 points (62.2% à 2 points, 50% à 3 points), 6.5 rebonds, 1.5 passe, 3.3 interceptions et 1 contre de moyenne. Géant !

Australie :

Joe Ingles – 31 ans, 2m03, ailier, Utah Jazz

Joueur plutôt atypique, le kangourou est très attaché à sa sélection.
« Jouer pour l’Australie c’est la raison pour laquelle j’ai commencé à jouer au basket. Gamin, je voulais représenter l’Australie. C’est tout ce que je voulais faire. La NBA, et même le fait de devenir professionnel, ça paraissait loin à l’époque. Ce que je regardais c’était les matchs de l’Australie aux JO, à la Coupe du monde, c’est ce qu’on voyait à la télé ». Avec Patty Mills (30 points), le coéquipier de Rudy Gobert à Utah a grandement participé au succès de l’Australie contre les américains (15 points, 7 passes, 4 rebonds). La France pourrait rencontres les Boomers au second tour. La méfiance est de rigueur.

Serbie :

Bogdan Bogdanovic – 27 ans, 1m98, arrière, Sacramento Kings

Avec les USA, la Serbie est l’équipe considérée comme favorite pour le titre au mondial chinois (10 victoires en 10 matchs de préparation). Même avec le forfait de son meneur star, Milos Teodosic, le groupe de Sasha Djordjevic possède un nombre important de talent : Micic, Jovic, Guduric, Lucic, Simonovic, Bjelica, Bircevic, Jokic, Raduljica, Milutinov, Marjanovic ou Bogdanovic. Ce dernier a marqué les esprits lors du match contre la Grèce de Giannis (28 points) pour remporter le tournoi de l’Acropole. L’arrière n’a peur de rien et avait déjà montré tout son talent contre la Lituanie quelques jours auparavant (27 points). Mis au repos hier, il n’a pas disputé le match contre la France (victoire 61-56 des serbes). La victoire passera par le collectif pour la Serbie, mais son joyau pourrait bien briller de mille feux.

Grèce :

Giannis Antetokounmpo – 24 ans, 2m11, ailier/ailier-fort, Milwaukee Bucks

MVP de la saison en NBA (27.7 points, 12.5 rebonds, 5.9 passes, 1.3 interception, 1.5 contre), le Greek Freak ne veut pas se contenter de cette distinction individuelle cette année. Au contraire, il est même prêt à se séparer de son trophée en échange de la médaille d’or avec la Grèce. Comme à son habitude, Giannis a dominé lors des matchs de préparation. Contre les serbes, mais aussi contre l’Italie ou l’Iran, il nous a régalé d’actions d’éclats. Absent en sélection depuis deux ans, Antetokounmpo se lance un défi (impossible ?) d’emmener la Grèce vers un titre mondial. Et dire qu’avec la bête de Milwaukee, il y a des joueurs comme Calathes, Printezis ou Milutinov…

Samedi débute le mondial en Chine. Si les absences sont nombreuses, les stars ne manquent pas et il est possible que certaines d’entre elles fassent la différence. Messieurs, régalez-nous !

Encore 2 minutes ? | D.J Stephens parle encore aux étoiles avec le MSB !