NBA – Le rappeur US culotté qui a obtenu les faveurs de Kobe et Melo… en tant que ball boy

Carmelo Anthony dépasse Kobe Bryant pour le plus grand nombre de tirs clutchs en 20 ans
nba.com (DR)

Comme certains joueurs NBA, des rappeurs US ont dû emprunter des chemins peu glamours avant d’acquérir leur célébrité. Une superstar du milieu a ainsi bossé en tant que ball boy aux Rockets, et a pu obtenir de bien beaux cadeaux de la part de Kobe Bryant et Carmelo Anthony.

Publicité

Drake et les Raptors, Snoop Dogg et les Lakers, Quavo et les Hawks… Les exemples de rappeurs US diehard fans d’une équipe NBA sont presque aussi nombreux qu’il existe de franchises dans la ligue. Ces derniers s’affichent ainsi régulièrement au bord des parquets de leur ville d’origine, et font souvent référence aux superstars qui y évoluent.

Du côté de Houston, le plus connu reste Travis Scott. Né dans la métropole texane, l’artiste possède aujourd’hui une reconnaissance mondiale certainement encore plus importante que James Harden. Et s’il encourage désormais régulièrement le Barbu en tant que guest du Toyota Center, il a découvert la salle dans un tout autre rôle.

Publicité

Invité du Jimmy Kimmel Live vendredi dernier, Scott a en effet été appelé à revenir sur sa période où il travaillait… en tant que ball boy pour les Rockets. Une période où la franchise comptait parmi ses rangs quelques noms prestigieux, mais ne faisait pas forcément partie des meilleures équipes de la ligue, comme il le confesse volontiers.

Publicité

Ça devait être quand j’étais en 1ère ou en terminale, quelque chose comme ça. C’était une année où on avait Kyle Lowry, Rafer Alston, Chuck Hayes il me semble… Yao Ming était là mais il était sur la fin, T-Mac allait partir… Donc on n’avait pas une équipe remplie de stars à l’époque.



Une description qui correspond à la saison 2008-09, où les quatre joueurs cités évoluaient bien sous les couleurs de Houston. et avaient terminé avec un joli bilan de 53-29. Mais plutôt que des souvenirs avec les joueurs de son club de cœur, Travis garde aujourd’hui en mémoire ses échanges avec les stars adverses.

Publicité

Je me rappelle que Melo était aux Nuggets, parce qu’un jour – on n’était pas censés parler avec les stars – mais un jour, Melo a signé son bandeau et me l’a donné. Ce qui est fou parce qu’il ne doit sûrement pas s’en souvenir !

À l’époque, Carmelo Anthony comptait déjà 2 capes de All-Star, et faisait partie des tous meilleurs joueurs de la ligue. Sa réputation n’était cependant pas aussi glorieuse que l’autre icône évoquée par le rappeur.

C’est l’un de mes potes qui m’avait obtenu le job, et j’ai trouvé ça génial ! J’ai rencontré Kobe comme ça, il a signé un ballon pour moi. On rendait quelques services aux joueurs, porter leurs sacs jusqu’au bus…

Publicité

Dix ans avant d’exploser sur la scène musicale mondiale, et de se placer comme l’une des personnalités les plus connues de Houston, Travis Scott vivait donc le rêve de millions de jeunes fans de NBA. Son émerveillement au moment de revenir sur ces quelques séquences de sa jeunesse révèle d’ailleurs bien tout son amour pour la ligue.

Désormais adulé par les joueurs NBA, Travis Scott possède un passif des plus singuliers avec la ligue. Une expérience d’une année en tant que ball boy dont il a visiblement su pleinement tirer avantage.

Les dernières actualités