Après avoir brisé le rêve Zion Williamson des grands tankeurs, la loterie va certainement impacter les Celtics dans leur quête pour Anthony Davis.

La loterie a livré son verdict, envoyant au septième ciel les Pelicans et les Grizzlies tandis que Knicks, Cavs et Suns peuvent se morfondre sur leur sort. En parallèle de la chasse au Zion, les Celtics n’ont pas fait une bonne opération. Les balles de ping-pong viennent compliquer le dossier Anthony Davis pour les C’s.

Depuis que l’intérieur a réclamé son départ de New Orleans, quelques franchises sont venues prendre la température pour récupérer Davis. Knicks et Celtics semblaient les mieux placés pour récupérer le mono-sourcil, notamment car les Lakers, premiers prétendants, seraient maintenant hors-course.


Anthony Davis ira certainement à celui qui proposera la meilleure contre-partie au (très chanceux) GM des Pelicans, David Griffin. Si le premier choix n’a pas voulu d’eux, les Knicks récupèrent la troisième position de la draft. Un atout non-négligeable pour un trade avec New Orleans.

Malgré leur bilan éloigné des bas-fonds de la ligue, les Celtics se sont débrouillés pour obtenir des choix de loterie. Avec les picks des Kings et des des Grizzlies (protégé 1-8), l’espoir de mettre la main un choix haut-placé existait bien.

À lire également : Le constat sans appel du propriétaire des Celtics

Mais la chance n’a pas souri à Boston : pas de miracle pour le choix de Sacramento restant 14e et pire pour l’autre pick qui reste sous la protection initiale avec une deuxième place et repart finalement dans le Tennessee. La situation est critique pour les Celtics, selon Brian Windhorst de ESPN :

Le package de Boston (pour Anthony Davis) a perdu de la valeur pendant la loterie. Pendant que Memphis pouvait célébrer (sa deuxième place), leur choix aurait pu aller chez les Celtics et ils auraient pu offrir un autre lottery pick dans leur package. Au lieu d’avoir deux choix de loterie, Boston n’en a qu’un seul et il s’agit du 14e qui n’est pas si bon.

Le gros problème pour les Celtics est le suivant : Pouvons-nous faire tapis sur Anthony Davis en envoyant nos choix de draft (et potentiellement quelques joueurs) en ne sachant même pas si Kyrie Irving compte rester ? Kyrie n’a aucune obligation de leur dire s’il compte rester ou non.

Kyrie Irving reste sur une très mauvaise note avec les Celtics et son départ ne serait pas une surprise. Malchanceux à la loterie, Danny Ainge sera-t-il prêt à puiser dans sa réserve de choix de draft et de jeunes prometteurs pour récupérer Anthony Davis, sans avoir la garantie de l’associer à Irving ? La décision est déterminante pour l’avenir de la franchise.

Mais aussi : Les Grizzlies et les Knicks auraient déjà fait leur choix pour la draft !