La grave blessure de Kevin Durant laisse planer de sombres doutes sur la suite de sa carrière. Beaucoup craignent qu’il ne puisse jamais revenir à son niveau. Des experts se prononcent sur ce qui pourrait advenir de KD.

Se relever d’une rupture du tendon d’Achille, nombreux sont les joueurs à pouvoir témoigner de la difficulté que cela représente. Cette blessure a notamment plombé la fin de carrière de Kobe Bryant, et elle a fait mal à DeMarcus Cousins, qui peine à revenir à son meilleur niveau.

Les fans essayent de rester positifs malgré tout concernant le cas de Kevin Durant. Un internaute s’est même montré ultra-optimiste en dévoilant une théorie qui prévoit le retour du joueur en février, presque à 100% pour les playoffs. Mais les spécialistes, eux, se montrent moins positifs. Voici quelques témoignages recueillis par SportsNet New York (SNY).


Je serais très surpris qu’il soit le même joueur après l’opération. Quel que soit le talent du chirurgien ou l’état de sa guérison, je ne pense pas qu’il soit toujours à 100%. 95% est probablement un bon objectif. Pour la plupart d’entre nous, 95% est excellent, mais quand vous jouez en NBA, le niveau du championnat peut être tel que ce serait insuffisant.

La blessure affecte tout. Qu’il s’agisse de votre jump shot, de votre défense, de votre capacité à descendre le terrain, cela affecte tout votre jeu – pas seulement votre capacité à courir. Je pense que 95 %, c’est un chiffre assez sûr. Un Durant à 95% est probablement meilleur que la plupart des joueurs, mais ce n’est pas 100%.

Dr John Wilckens, chef de la médecine sportive à la division de chirurgie de l’hôpital Johns Hopkins à Baltimore.

Lire aussi | Les Warriors ont-ils mal géré la blessure de Kevin Durant ? KD répond enfin

Dans le cas de Kevin, c’est peut-être insignifiant. Une fois que vous avez blessé une partie du corps, ça ne reviendra jamais à 100%. Mais même s’il atteint 90 %, quelle importance cela a-t-il ? Si l’athlète est encore capable de faire ce qu’il était capable de faire, qui s’en soucie ? C’est comme dire que ton bras gauche est plus faible que ton bras droit. Bien sûr. Est-ce que ça te limite d’une façon ou d’une autre ? Pas du tout.

Dr Ettore Vulcano, chirurgien orthopédique des pieds et des chevilles à Mount Sinai West – hôpital de New York.

Durant continuerait probablement à s’améliorer au cours de la deuxième année, si l’on examine la tendance générale.

Dr J. Turner Vosseller, chirurgien orthopédiste des pieds et des chevilles à New York-Presbyterian.

Je pense que la force de la jambe dépend de l’entraînement et du programme de rééducation post-opératoire car l’atrophie qui résulte de cette blessure et de l’opération peut être importante…. Certains joueurs s’entraînent tout de suite et en ont très peu tandis que d’autres en ont pas mal. Et je pense que ça affecte le fait qu’ils reviennent à 100% ou non.

Dr Kevin Stone, chirurgien orthopédiste ayant fondé la Stone Clinic à San Francisco et président de la Stone Research Foundation.

En général, au bout de six mois, [les athlètes] atteignent un taux de 85 à 90% en termes de restauration de leur endurance.

Laith Jazrawi, chirurgien orthopédiste et chef de la division de médecine sportive de l’Université de New York, Langone Health.

Comme on peut s’y attendre, il y a effectivement peu de chances que Kevin Durant retrouve ses pleines capacités. Mais il devrait néanmoins retrouver un niveau qui le placerait toujours parmi les meilleurs joueurs. C’est tout ce que l’on peut espérer.

Dernières news NBA | Buzz du jour | Transferts | Franchises | Joueurs