On les suit à la trace, match après match, priant pour les voir cartonner et jouer les premiers rôles en NBA. Le mois de novembre vient de se terminer, l’heure est venue de faire le point sur les performances de nos neufs Français actifs en NBA. Ces notes sont purement subjectives et reflètent aussi les attentes reposant sur chacun. Un match à cinq points et cinq rebonds n’aura évidemment pas la même valeur pour Elie Okobo que pour Nicolas Batum. 

Rudy Gobert – A-

Statistiques en novembre : 14,3 points (à 67,2%), 12,4 rebonds, 1,8 passe et 1,8 contre en 31,6 minutes de moyenne sur 16 matchs. 

Statistique après 10 rencontres : 16,3 points (à 71,3 % !), 13,4 rebonds, 1,1 interception et 2,2 contres en 33,9 minutes de moyenne sur 10 matchs.

C’est l’heure du back-to-back pour Rudy Gobert. Extrêmement chaud lors des premières rencontres, le géant du Jazz a vu ses statistiques baisser un petit peu mais reste l’un des meilleurs à son poste en NBA cette saison. Seul bémol : le bilan de sa franchise. Lors du mois de novembre, Utah a déçu. Le Jazz termine ces 30 jours avec un bilan de 7 victoires pour 9 défaites, les faisant chuter à la 14ème place de la jungle qu’est l’Ouest. Rudy a un impact immédiat sur les résultats des siens, tournant à 18,3 points, 14,3 rebonds et 2,9 contres dans la victoire contre « seulement » 12,9 points, 11,8 rebonds et 1,4 contre quand le Jazz s’incline.

Il faut aussi nuancer ce bilan puisque son équipe a joué 16 de ses 24 matchs à l’extérieur jusqu’à présent, mais on s’attend à mieux pour le mois qui vient.

A découvrir également : notre portrait de Rudy Gobert

Tony Parker – B+

Statistiques en novembre : 10,4 points (à 48,2% dont 23,5% à trois points), 1,8 rebond et 4 passes de moyenne en 20,8 minutes de moyenne sur 12 matchs. 

Statistiques après 10 rencontres : 10,1 points (à 45,9% dont 33,3% à trois points), 1,5 rebond et 4,8 passes en 18,4 minutes de moyenne sur 10 matchs.

Alors là, on s’incline. Après 10 matchs on s’étonnait déjà de l’impact du meilleur joueur français de l’histoire dans sa nouvelle franchise, mais TP a réussi un mois de novembre exceptionnel. Quatrième scoreur de l’équipe, le tout en sortant du banc, Tony s’épanouit dans son rôle de back-up de luxe. Il permet à Kemba Walker de souffler par séquences sans soucis et n’hésite pas à prendre ses responsabilités en fin de match. A 36 ans, il semble revenu 5 ans en arrière. Mieux encore, les Hornets ont terminé le mois avec un joli bilan de 7 victoires pour 7 défaites, pointant solidement à la 7ème place de l’Est.

On espère voir Parker garder ce rôle et cette intensité jusqu’à la fin de la saison, ça fait plaisir à voir.

A découvrir également : notre portrait de Tony Parker

Elie Okobo – B

Statistiques en novembre : 6,8 points (à 40% dont 28% à trois points), 1,6 rebond et 2 passes en 17,4 minutes sur 8 rencontres.

Statistiques après 10 matchs : 6,5 points (à 37,5% dont 31,8% à trois points), 1,6 rebond et 2,4 passes en 16,5 minutes de moyenne sur 8 matchs.

C’est à n’en rien comprendre. Après notre premier bilan ultra-positif où il venait de disputer un match en tant que titulaire, Okobo a vu son temps de jeu se réduire pour au final enchainer les DNP (Did Not Play) et faire un passage en G-League. En effet, à sept reprises entre le 12 et le 27 novembre on ne l’a pas vu fouler un seul parquet NBA. Le 28 novembre, après le départ d’Isaiah Canaan, il a sorti le meilleur match de sa jeune carrière avec 19 points (8/12) en 32 minutes, puis s’est retrouvé titulaire au match suivant contre le Magic. Le bilan global reste très positif pour celui qu’on ne s’attendait pas forcément à voir beaucoup sur les parquets lors de sa saison rookie, mais on n’est pas à l’abri de le voir retourner en G-League quand son coach l’aura décidé. On espère que son mauvais match d’hier ne le pénalisera pas – le jeune Grançais a compilé un horrible 1/9 aux shoots en 30 minutes face aux Lakers.

A découvrir également : notre portrait d’Elie Okobo

Evan Fournier – C+

Statistiques en novembre : 14,9 points (à 43,3% dont 29,9% à trois points), 2,9 rebonds, 4,1 passes et 1,4 interception en 30,9 minutes de moyenne sur 16 matchs. 

Statistiques : 15,6 points (à 39,6% dont 27,3% à trois points), 2,4 rebonds, 4,4 passes et 1,2 interception en 29,4 minutes de moyenne sur 10 matchs.

Bilan globalement décevant pour Evan sur ce mois de novembre. Certes, il reste une pierre angulaire dans la rotation du Magic, troisième scoreur de l’équipe et leader aux interceptions. Cependant, ses statistiques au scoring sont en baisse par rapport aux trois dernières saisons, et son pourcentage, notamment de loin, est toujours douteux. Orlando réalise néanmoins sa meilleure saison depuis quelques années, pointant aujourd’hui à la 8ème place de l’Est (même bilan que Charlotte, 7ème), et vient de réaliser un excellent moins de novembre avec 9 victoires pour 7 défaites.

D’un point de vue individuel on attend quand même un peu mieux du meilleur Youtuber de la NBA.

A découvrir également : notre portrait d’Evan Fournier

Frank Ntilikina – C

Frank Ntilikina fonce vers le cercle avec les Knicks

Statistiques en novembre : 4,3 points (à 29,4% dont 15,4% à trois points), 1,7 rebond, 2,2 passes et 0,6 interceptions en 19,5 minutes en 15 rencontres.

Statistiques après 10 matchs : 7,5 points (à 34,8% dont 28,6% à trois points), 1,8 rebond, 3,8 passes, 1,1 interception et 0,5 contre en 28,2 minutes de moyenne sur 11 matchs.

Seul joueur titulaire lors des 11 premières rencontres des Knicks, Ntilikina faisait un début de saison encourageant même s’il galérait déjà avec son shoot. Depuis, la confiance du jeune Français semble au plus bas. Son temps de jeu a chuté et ses statistiques avec. En novembre il tournait à moins de 30% aux shoot dont 15% à trois points, alors que les autres joueurs à son poste, Emmanuel Mudiay en tête, cartonnaient. Il n’est même pas entré en jeu lors de la dernière rencontre contre les Bucks et les rumeurs de transfert à son sujet s’enchaînent. Rien de rassurant pour le jeune meneur, même s’il peut compter sur le soutien de ses coéquipiers et de son coach.

A découvrir également : notre portrait de Frank Ntilikina

Nicolas Batum – C-

Statistiques en novembre : 8,5 points (à 48,5% dont 34% à trois points), 5,1 rebonds, 3,4 passes et 0,9 interception en 29,2 minutes.

Statistiques après 10 matchs : 10,5 points (à 46,3% dont 40,8% à trois points), 6,4 rebonds, 4,1 passes et 1,1 interception en 33,3 minutes de moyenne sur 11 matchs.

Où est passé Nicolas Batum ? Toujours aussi utile en défense, l’ailier des Hornets est devenu invisible en attaque. Il n’ose pas prendre ses responsabilités et affiche tout simplement ses plus faibles statistiques au scoring depuis… sa saison rookie ! Plus gros contrat de la franchise, et de loin, avec 24 millions de dollars cette année, Batum n’est que le 6ème scoreur de l’équipe. Hier face aux Pelicans il n’a joué que 14 minutes, le temps de compiler un 1/7 aux tirs et de se faire huer par son propre public après une grosse brique. Inquiétant.

A découvrir également : notre portrait de Nicolas Batum

Ian Mahinmi – C-

Ian Mahinmi sous le maillot des Washington Wizards

Statistiques en novembre : 3,7 points (à 41,7%) et 2,8 rebonds en 11,7 minutes de moyenne sur 6 matchs. 

Statistiques après 10 matchs : 4,1 points (à 44,4%) et 3,9 rebonds en 15,1 minutes de moyenne sur 7 matchs.

La saison galère de Mahinmi continue. Au sein de la triste équipe des Wizards, l’intérieur français ne joue presque pas. Il n’est entré en jeu qu’une seule fois lors des 10 derniers matchs et semble totalement sorti des plans de Scott Brooks.

A découvrir également : notre portrait de Ian Mahinmi

Non-notés : Timothé Luwawu-Cabarrot et Guerschon Yabusele, tournant à moins de 10 minutes de temps de jeu moyen sur le mois.

Vous pouvez aussi retrouver chaque matin sur le site les performances des Français de la nuit en NBA.

A lire également :

Quel bilan pour les français en NBA après 10 matchs ?

Les portraits des premiers joueurs français en NBA

A propos de l'auteur

Le joueur préféré de ton joueur préféré.