Alors qu’il convoite une troisième bague consécutive et que les rumeurs sur son départ s’intensifient, Kevin Durant a évoqué sa venue à Golden State. Sans filtre.


Il y a 3 ans, Kevin Durant choquait le monde de la NBA en rejoignant les Golden State Warriors. Perçu comme un traître par certains, comme un homme sans fierté par d’autres, KD a reçu une déferlante de haine de la part de la communauté NBA. Une réaction à laquelle il s’attendait, et qu’il assume :

« Je suis venu ici en sachant pertinemment que tous les médias et tous les fans allaient me traiter de tous les noms pendant tout mon passage ici, et que j’allais en prendre plein la gueule. Je le savais. Mais je voulais tellement faire partie de cette équipe que j’en avais rien à cirer. Comme LeBron [quand il est parti à Miami en 2010]. Il a pris toute l’animosité, contre vents et marées »

A lire également : Dirk Nowitzki dévoile son MVP

Alors pourquoi ? Pourquoi accepter de subir les foudres de 90% des gens ? Qu’est-ce qui a motivé Kevin Durant à franchir le pas et à laisser sa belle image dans le passé ? Le principal intéressé vous explique :

« J’aimais juste comme ils jouaient au basket. Je n’avais jamais joué avec des shooteurs comme ça. Qui bougent. Qui sont versatiles. Je voulais faire partie de ça. C’est mon jeu qui me parlait, rien d’autre. L’esprit du jeu me parlait. Pas le feu des projecteurs ou la célébrité qui vient du fait d’être le meilleur joueur du monde. Pas la trace que je vais laisser. Je le jure sur ma vie, ça n’a aucune importance pour moi. Comment je me « construis » dans ce monde NBA, ça n’a aucune importance. Je veux juste jouer du très bon basket chaque à chaque seconde passée sur le parquet, et c’était une opportunité parfaite de le faire »

KD l’assure, il est donc parti à Golden State par amour du basket, et pour s’épanouir au maximum sur le terrain. Il reconnaît d’ailleurs n’avoir plus besoin de prendre systématiquement beaucoup de tirs chaque soir, expliquant qu’il a aussi plaisir à voir l’équipe dérouler sans qu’il soit impliqué sur chaque possession.

Libre à vous de croire Kevin Durant ou non, mais ce qui est certain, c’est qu’au niveau de l’armoire à trophées, l’ailier aura fait le plein durant son passage dans la Baie… en attendant le mois de juin.

Actualités Basket USA Facebook

Mais aussi : La réussite exceptionnelle de l’école de LeBron James

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef Parlons Basket & Parlons NBA. Chez RMC de temps à autres. Le sang-froid de Larry Bird, le mental d'Olivier Giroud.