L’arrière des Celtics Marcus Smart est plus connu pour ses qualités défensives qu’offensives. Pourtant, c’est bien de ce côté du terrain qu’il est en train de se révéler cette saison.


Arrivé en NBA en 2014 en provenance d’Oklahoma State, Marcus Smart n’était pas vraiment réputé pour sa capacité à dégainer derrière l’arc. En deux saisons universitaires, son pourcentage à 3-points n’était que de 29.5%, avec une adresse globale de 41.3%.

Actuellement dans sa 5ème saison avec les Celtics, Smart commence à trouver de la régularité au tir, et pas seulement à longue-distance.

Pour la première fois de sa carrière (au 21/01/18), Smart est au-dessus des 40% au tir, à 41.3%. Son tir à 3-points s’est aussi bien amélioré cette saison, passant à 36.8%, alors que son pourcentage en carrière n’est que de 30.4%. Mais c’est principalement sur les derniers mois que la progression impressionne.

À lire également : Marcus Smart : une vie de violences et d’épreuves

Il va de soi que Smart reste un shooter plutôt moyen, et que la majeure partie de sa contribution au sein des Celtics vient plutôt du côté défensif. Mais quand on regarde de plus près ses pourcentages à 3-points mois par mois cette saison, on constate effectivement une courbe de progression assez hallucinante entre le début de l’exercice et ce 21 janvier.

Smart est donc passé d’un mois d’octobre à 34.4% au tir, dont un horrible 17.6% à 3-points, à un mois de janvier à 50.8% au tir dont 50.0% à 3-points. Un déclic s’est produit et il shoote avec plus de confiance, pour une réussite qui ne fait qu’augmenter. La preuve en est que lors du match contre Memphis vendredi soir, il a réussi son record de la saison en inscrivant 6 3-points pour seulement 8 tentatives. Son record en carrière est de 7 tir primés, un record réalisé lors de sa saison rookie.

Une statistique amusante : on considère Smart comme un mauvais tireur, mais il se retrouve en termes de pourcentages devant des joueurs considérés comme réguliers derrière l’arc (même si le volume de tirs n’est pas le même).

Note : le tweet datant du 19 janvier, les pourcentages ont évolué, mais Thompson (36.5% à 3-points), ainsi qu’Ingles (36.4%) restent derrière Smart (36.8%).

La progression soudaine de Marcus Smart est aussi surprenante qu’impressionnante. S’il confirme, cela ferait une menace de plus à longue distance pour les Celtics qui sont 3èmes de la NBA en termes de 3-points tentés et 6emes en termes de réussite.

Recommandé chez notre partenaire Southball :

La collection Punchlines, à l’image des plus grands moments NBA. Plus d’informations sur www.southball.fr

Mais aussi : Marcus Smart a voulu se battre avec un joueur des Hawks