Le joueur d’Indiana élu MIP de la saison dernière sera-t-il le prochain meilleur joueur de la ligue?

Dans les textes, le joueur élu MVP doit être celui qui fait gagner son équipe et celui qui est le meilleur joueur individuellement. Et s’il y en a bien un qui tient son équipe à bout de bras c’est bien PG24.

Un début de saison de feu et un record en carrière la nuit dernière lors de la défaite des Pacers à Portland permettent à Paul George de penser à un titre que personne n’aurait jamais pensé à lui attribuer lors de son arrivée en NBA il y a 4 ans.

Paul George, une progression constante.

Le natif de Los Angeles et fan des Clippers pendant sa jeunesse, PG24 apprend à jouer au basketball avec sa grande soeur sur les terrains de la ville. Il ne jouera un match officiel que lorsqu’il entre au collège à Palmdale. En Californie, il évolue doucement mais sûrement. Cependant, les universités ne s’intéressent pas tout de suite à lui et le site rivals.com le classe… 20ème joueur de Californie loin derrière Jrue Holiday ou encore DeMar DeRozan.

Les quelques universités qui se sont placées pour le recruter font des offres qu’il accepte parfois avant de revenir sur sa décision suite aux conseils de sa famille. Il finit par choisir les Bulldogs de Fresno State pour y avoir du temps de jeu. Pendant ces deux ans, il cumule de bonnes statistiques au point d’être dans le starting five de l’université lors des 34 matchs de sa première saison.

Ses statistiques à l’université de Fresno :

Year GP GS MPG FG% 3P% FT%
2008–09 34 34 34.6 .470 .447 .697
2009–10 29 29 33.2 .424 .353 .909
Year RPG APG SPG BPG PPG  
2008–09  6.2 1.9 1.7 1.0 14.3  
 2009–10 7.2 3.0 2.2 0.8 16.8  

Kobe Bryant, son idole

Drafté en 10ème position par Indiana en 2010, le jeune homme de 19 ans joue en NBA pour la première fois lors d’un match contre les Spurs et démarre avec 1/5 au shoot. George ne cesse de travailler, tout comme son idole Kobe Bryant dont il est admiratif car « personne ne travaille plus que lui pour être le meilleur » selon PG24.

Lors de sa deuxième saison, il participe au Slam Dunk Contest lors du All-Star Week-End et marque les esprits en dunkant dans le noir quasi-total et en sautant par dessus deux de ses coéquipiers : Dahntey Jones et… Roy Hibbert (2m18).

Paul George - Sprite Slam Dunk Contest

All-Star Week-End 2012 – Paul George finira derrière Jeremy Evans. (Crédit photo: Pool/Getty Images North America

Cette année-là il fera, avec les Pacers, les demi-finales de Conférence contre le Heat, futur vainqueur.

2012-2013, la naissance d’un joueur.

La saison 2012-2013 marque l’explosion de George aux yeux du grand public. Il profite de l’absence de Danny Granger pour prendre le leadership de l’équipe et de les mener à la finale de Conférence et pousser le Heat, encore une fois champion, à un Game 7. George remportera cette année-là le titre de Most Improved Player. Il récompense le joueur ayant le plus progressé dans la ligue. Il participera également pour la première fois au All-Star Game et fera partie de la 3ème Team All-NBA et de la 2ème Defensive-Team.

Pour ce début de saison, il démontre encore une fois toutes ses capacités, à la fois offensive et défensive mais aussi athlétique. Il porte les Pacers à bout de bras tant et si bien que cette équipe est actuellement 1ère non seulement de sa conférence mais aussi de la ligue.

Il ne fait que très peu de doute que George soit un concurrent sérieux à LeBron James pour le titre de MVP, tout comme Kevin Durant. En ce début de saison, les stats sont encore à l’avantage de James mais George n’a jamais été aussi proche du tout meilleur joueur de la ligue. Pour Nico Batum, qui a souffert face à lui lors de la victoire des Blazers face à Indiana, « il fait partie des cinq meilleurs joueurs de la ligue, sans aucun doute. Pour l’instant, il est candidat au titre de MVP. »

Rapide comparaison entre les deux joueurs

Même Doc Rivers, coach des Clippers, l’encense : « C’est possible de remporter en même temps le trophée de meilleure progression et celui de meilleur joueur ? Ca devrait l’être. George ne va pas être élu MIP, il l’a déjà été l’an passé, mais le bond qu’il a fait cet été… C’est non seulement le joueur qui a le plus mûri, mais aussi le meilleur de la toute la ligue actuellement ».

Jamais un joueur élu MIP n’a été MVP la saison d’après… ni les suivantes d’ailleurs. En effet, depuis la création du trophée de MIP en 1985-1986, aucun des lauréats n’a été MVP lors de sa carrière.

Alors oui, un joueur ne peut pas être élu MIP deux années de suite, mais qu’on ne s’y trompe pas Paul George est parti pour viser bien plus haut que ça. Avec les Pacers et seul il vise la plus haute marche et ne semble pas vouloir lâcher son objectif de vue.

A propos de l'auteur

Fondateur du projet Parlons Basket. Grand passionné de Sport, et principalement de Basket. Supporte les New York Knicks et l'ASVEL Basket.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.