Pro A – Finales : Chalon champion 2017 !

Au terme d’un match 5 à rebondissements, l’Elan Chalon de Jean-Denys Choulet remporte le deuxième trophée national de son histoire. Un titre qui met fin à des playoffs époustouflants et signe une nouvelle année maudite pour la SIG.

Hier soir, peu après 22h, le Colisée de Chalon a basculé dans la folie. Celle d’un club qui, 5 ans après son triplé magique (Championnat-Coupe-Semaine des As), venait de conquérir le (lourd) trophée du championnat de France de Pro A. Cameron Clark, John Roberson, Lance Harris, Jérémy Nzeulie ou Moustapha Fall succèdent à Blake Schilb, Malcolm Delaney, Alade Aminu et Ilian Evitmov.
Pour JDC, c’est un nouveau titre à la tête d’une équipe offensive à souhait mais qui, à l’inverse de la saison dernière, aura su défendre son territoire (76.2pts encaissés). L’homme qui avait monté le trio Spencer-Harper-Salyers, il y a dix ans, pour l’emporter avec Roanne a de nouveau frappé.

//platform.twitter.com/widgets.js

Roberson, arrivé du Sodertalje King en Suède il y a maintenant deux ans, Cameron Clark d’Israël cet été : deux trouvailles que seul ce coach/recruteur de génie sait dénicher. Il aura aussi laissé la raquette à son géant Moustapha Fall (2m18) gardien du temple chalonnais. Et puis il y a les hommes de devoir. Axel Bouteille (9pts, 2reb, 1ast, 14 d’éval) décisif à longue distance, ou Jérémy Nzeulie (14pts, 4reb, 1ast, 14 d’éval) tout simplement incontrôlable durant ces playoffs. Ce dernier, déjà bourreau de Strasbourg lors du titre de Nanterre en 2013, repart avec un titre de MVP bien mérité. Son shoot au buzzer lors du match 3, son 3pts pour basculer à 63-57 et ses 8pts dans les 12 dernières minutes ont pesé dans la balance et sur le moral des Sigmen.

//platform.twitter.com/widgets.js

Pour Strasbourg, Paul Lacombe (15pts, 5reb, 5ast, 20 d’éval) encore très bon hier soir, n’aura pas suffi. AJ Slaughter (11pts, 4reb, 2ast, 13 d’éval) n’a pas non plus réussi à endosser la cape du tueur à sang froid comme l’a été un Pooh Jeter à Limoges en 2015. Certains cadres comme Romeo Travis (2pts, 3reb, 4ast, 2 d’éval) et Erving Walker (3ast, -2 d’éval) sont passés complétement à côté, au plus mauvais moment. Les strasbourgeois se sont pourtant accrochés jusqu’au bout, mais les 23 points encaissés en seulement 7 minutes lors de la fin de match auront fait très très mal. Le sport est cruel et cette cinquième défaite de suite en finale de Pro A (6 avec l’Eurocup) laissera des traces, même si pour Vincent Collet « c’est beaucoup moins douloureux de perdre cette fois ». Il faut cependant saluer le travail du sélectionneur de l’équipe de France et de tout le club. Rebondir après avoir connu une 17ème place en début de saison, jouer avec un coach qui n’a pas constitué cette équipe et parvenir à jouer une finale en 5 manches, bravo !

Une pensée pour Frank Ntilikina qui après un marathon (départ aux USA, Draft, retour dans la journée hier, match) et sa sélection par les Knicks, rejoindra la NBA. Un garçon mature, intelligent et qui a répondu à toutes les attentes durant la saison à seulement 18 ans. On lui souhaite une très belle carrière.

Jean-Denys Choulet :

« On a souvent mis en avant notre trio Roberson/Clark/Fall très efficace. Ce soir, les meilleures évaluations sont Bouteille et Nzeulie. Il faut noter le passage incroyable de Gédéon Pitard, qui a défendu le fer. Ce soir, c’est une équipe qui a remporté le titre, et c’est d’autant plus plaisant »

Jérémy Nzeulie :

« On a passé une saison extraordinaire. On voulait que cette équipe marque l’histoire du club, donc il nous fallait un titre. Au lendemain de la défaite en finale de Fiba Europe Cup, j’ai vu les gars et je leur ai dit qu’on pouvait être champion de France. Je ne voulais pas sortir perdant de cette finale, je voulais mettre un titre sur cette saison »

Vincent Collet :

« On a des joueurs qui sont passés plutôt au travers. En face, même les remplaçants ont trouvé de l’adresse. Donc la comparaison fait mal. En première mi-temps, on a eu l’opportunité de mieux faire, on aurait pu enfoncer le clou, surtout dans le troisième, à +5. Et, quand ils connaissent un passage d’euphorie, on craque. Même sur ce match-là, dans cette ambiance magnifique, on aurait pu. Mais il fallait être meilleur. »

Jérémy Leloup :

« Ce soir, on a trouvé des solutions, contrairement au match 3… et pour moi, c’est là qu’on perd le titre. On perd des ballons, on prend un tir au buzzer… Ce soir, on savait qu’ils seraient très agressifs et nous, on a été moins bien au niveau de notre jeu de passes. Au final, ça se joue sur un rebond pas capté, des détails… « 

Les dernières actualités