Kobe Bryant et Dirk Nowitzki ont fait toute leur carrière respective dans la même franchise. Malgré la fidélité réputée de l’Allemand, l’arrière des Lakers a quand même tenté de recruter l’intérieur des Mavs. Sans succès.

Créer une superteam avant l’heure. C’est ce que Kobe Bryant a tenté de faire en voulant que Dirk Nowitzki signe aux Lakers. Imaginez un peu une équipe avec deux MVP et Pau Gasol réunie dans la cité des Anges. La légende des Lakers a raconté à Mike Greenberg d’ESPN cette anecdote qui l’a vu prendre son téléphone et appeler le grand Dirk. L’échange entre les deux est mythique et représentatif du niveau de loyauté de l’Allemand envers Dallas.

« Je me rappelle avoir appelé Dirk quand il était agent libre. Je l’ai appelé et je lui ai dit : « Dirk, écoute, je sais que tu ne partiras pas de Dallas, mais il fallait que je tente le coup. Qu’est-ce que tu en penses ? » Et il m’a répondu : « Tu as raison. Je suis un condamné à perpétuité, comme toi. Tu le sais bien, on ne part pas »

A lire également : Un sondage ne laisse aucun doute sur le GOAT pour les Américains !

Kobe n’a pas précisé la date de cet échange, mais Dirk Nowitzki était avec certitude agent libre non restreint. Les deux seules fois où cela s’est produit : en 2010 et en 2017. En 2017, Kobe coulait déjà une paisible retraite. Cette discussion a donc forcément eu lieu pendant l’été 2010, au moment d’une période charnière pour chacun des joueurs.

A l’époque, Dirk, alors âgé de 32 ans, n’a toujours pas de bague. Les Lakers sortent eux d’un deuxième titre consécutif et sont sur le toit du monde avec comme rivaux notamment les Mavs… de Dirk Nowitzki. L’Allemand peut signer où il veut, et donc à Los Angeles pour aller chercher sa bague. Mais ça n’arrivera jamais. L’intérieur reste à Dallas et gagne le titre la saison suivante dans le Texas, face au Big Three du Heat. On en connaît certains qui n’auraient pas hésité très longtemps avant d’accepter l’offre de Kobe, mais à une époque, la loyauté avait de la valeur en NBA.

Une belle anecdote entre deux monuments d’une époque désormais révolue. On valide.

Mais aussi : Kevin Durant très touché par la mort de son « frère adoptif »