Présentation de la 6ème journée de Ligue 2 féminine.

  • Centre Fédéral (13) – Pau-Orthez (7)

Comme tout le monde, Mourenx doit gagner au Centre fédéral : c’est le titre de Sud Ouest ce samedi. Et d’ajouter : « Cet après-midi (17 heures) face à une escouade juvénile qui n’a pas encore décroché un trophée cette saison, les protégées d’Aurélie Lopez doivent faire comme tous les autres, l’emporter. Si la victoire reste l’essentiel, Mourenx doit aller au-delà en affichant une concentration constante, ce qui n’a pas été le cas, samedi dernier, une lacune qui faillit coûter cher face à Limoges. Se contenter de dominer par séquences pour s’abandonner ensuite à l’à peu près et laisser son adversaire revenir à la marque et devenir menaçant, ne doit pas se reproduire. » Quant au quotidien l’Eclair des Pyrénées, il donne la clé de la victoire : « Pour espérer décrocher un précieux troisième succès de rang, les Béarnaises vont devoir appliquer la recette qui les nourrit le mieux-  une bonne défense agressive. Avec moins de 20 % de réussite à trois points, les jeunes Parisiennes ne seront certainement pas surprises si Mourenx déploie une habile défense de zone. »

  • Illkirch-Graffenstaden (4)- Leon Tregor (12)

«Je me méfie énormément de cette équipe», c’est ce que déclare l’entraineur alsacien ce matin dans les DNA. Il ajoute : « Leur parcours est loin d’être honteux, à part la défaite à domicile contre Limoges qui ne leur ressemble pas. Ce soir, la pression sera de leur côté parce qu’elles ont besoin de victoires. Quant à nous, on a clairement le statut de favoris et on l’assume, mais je me méfie énormément de cette équipe qui est à 80 % la même que l’année dernière». Breteinbucher poursuit : « on s’attend à un match physique, serré et disputé. Ça fait six ans qu’on les pratique, ça a toujours été le cas et ça m’étonnerait que ça change. Qu’elles soient menées ou qu’elles mènent de trente points, elles se donnent à fond. C’est une équipe qui aime courir, qui relance tout le temps et qui a une bonne présence au rebond. À nous de les empêcher de développer leur jeu en les faisant jouer sur demi-terrain. Il faudra être constant et apporter de la sérénité, c’est-à-dire éviter de perdre des balles en voulant aller trop vite. L’objectif, c’est de montrer qu’on a passé un cap et de continuer notre série de victoires». Du côté de Franck Simon dans le Télégramme c’est : « Soyons ambitieux ». Il explique : « Nous allons tenter de réaliser une perf en Alsace, où l’on devra se méfier de leurs extérieures, très adroites, et de leur meneuse, Bourdin. C’est une équipe qui tourne bien mais si nous gagnons la bataille du rebond, ça peut nous sourire… » Léon Tregor qui a enregistré cette semaine la signature d’Amélie Pochet (voir notre présentation ici) se présentera à la SIG avec quelques arguments « Son arrivée booste les autres et ça change un peu la donne, au niveau des séances d’entraînement pour commencer, où elle amène une rotation supplémentaire. Amélie va nous apporter sa percussion, sa vitesse d’exécution mais également son vécu ».

  • Reims (9) – Pays d’Aix (5)

Pour les rémoises qui restent sur 2 défaites en déplacement il est temps « d’inverser la tendance ». C’est dans les colonnes de l’Union, ainsi que les propos de Guillaume Rassineux : « C’est effectivement le moment de réagir, insiste Guillaume Rassineux. On se doit de relever la tête à domicile, pour ne pas rentrer dans le doute. Le résultat ne dépendra que de nous. En tout cas, on possède la force nécessaire pour s’imposer, il n’y a pas de doute là-dessus ». Mais on sait que  l’opposition sera relevée ce soir sur le parquet du Palais des sports Coubertin de Châlons, (celui de René-Tys étant occupé tout le week-end par un tournoi international de badminton) car l’équipe provençale est en train de monter en puissance et espère  siéger durablement dans le haut du panier en championnat. Cet objectif passe, nécessairement, par une victoire en Champagne-Ardenne. « Il faut désormais que l’on apprenne à jouer correctement à l’extérieur et que l’on se montre encore plus discipliné. J’attends également autre chose sur le plan basket. Je sais qu’on a de belles joueuses, qui ont le niveau pour évoluer en LF2, il faut juste qu’on parvienne à mieux jouer ensemble » déclare le coach aixois dans La Provence.

  • Calais (3) – Chartres (6)

Quatre matches, autant de succès! Le Côte d’Opale Basket a parfaitement entamé son exercice 2013/2014. C’est pourquoi l’entraîneur calaisien se serait bien passé d’être exempt le week-end dernier en championnat alors que son équipe tournait à plein régime. Autant le dire, les Chartraines devront réaliser une très grosse perf pour s’imposer, ce soir, dans le Pas-de-Calais. « Nous n’avons aucune pression » affirme Alain Boureaud, l’entraîneur de l’AB dans l’Echo Républicain. « On est réaliste, Calais possède la meilleure attaque et la meilleure défense. L’ambition, c’est donc de faire bonne figure. Pour autant, on ne part pas battu d’avance. » Dans les colonnes de ce même journal, Kevin Brohan reste humble et répond : « Tous les matches sont différents. Et jusqu’ici, nous avons battu des équipes de bas de tableau. On assume notre statut de favori mais on ne prend pas cette rencontre à la légère. De toute façon, je ne pense pas qu’on gagnera facilement contre Chartres. »

Du côté de la FFBB on présente ce match comme le choc de la soirée et le qualifie « d’alléchant » : C’est à n’en pas douter, le match choc de cette 6e journée de championnat. Le troisième, Calais, invaincu en quatre rencontres (mais avec un match en retard), reçoit l’équipe de Chartres, qui n’a perdu qu’une seule fois cette saison.

  • Charnay (10) – Dunkerque (8)

A la peine en déplacement, les Charnaysiennes doivent déjà marquer leur territoire en accueillant Dunkerque ce soir. Bilel Kheder aimerait bien que ses protégées signent face aux Nordistes leur deuxième succès de la saison. Il donne sa vision du match dans le JSL : Notre priorité, c’est notre jeu et pas celui de notre adversaire. Il nous faut être plus constant, élever notre niveau de performance et ne pas vouloir à tout prix s’adapter à celui de l’adversaire». Comme tous les adversaires de Dunkerque, il redoute l’axe 1-5 et poursuit : « Il faudra être dans le dur dès le coup d’envoi et ne pas reculer. Car une victoire en basket se joue à 80 % dans l’intensité physique et la capacité à gagner les duels. Et seulement à 20 % au niveau tactique ». Ne pas perdre le Nord en quelque sorte ! De leur côté les Dunkerquoises mettront tout en œuvre pour renouer avec le succès, après la contre-performance face à Graffenstaden, lors de la dernière journée. Dans une salle chaude comme la braise, les nordistes devront enfiler le bleu de chauffe pour faire face aux promues. Sébatien Devos déclare dans La Voix du Nord : «On a des chances de l’emporter, ce soir, à condition de ne pas tomber dans nos travers aperçus durant le second quart-temps face aux Alsaciennes. » A noter que Taelor Karr sera du voyage, mais sa participation à la rencontre n’est pas une certitude.

  • Limoges (11) – Roche Vendée (1)

Après avoir concédé une quatrième défaite en cinq rencontres, le Limoges ABC va tenter de se relever à domicile. Face au leader invaincu, la mission s’annonce périlleuse d’autant que de son côté l’adversaire c’est cinq matches, cinq victoires.

Le populaire analyse : « Les Limougeaudes ont beau se convaincre qu’elles peuvent battre n’importe qui grâce à des séquences pleines de coeur et d’envie (15-0 contre Pau, 11-0 contre Léon Trégor, 16-0 contre Le Havre), à un moment donné, il va falloir matérialiser cette détermination par une victoire…L’entraîneur du Limoges ABC et ses filles ne pourront pas éternellement se cacher derrière des excuses pour expliquer un début de saison compliqué. » Maxime Bézin prévient pourtant : «  Perdre de 20 points, ce serait « normal ». Gagner, par contre, ce serait un bel exploit ». Côté yonnais, Emmanuel Body  coach de La Roche VBC leader de Ligue 2 confie : « Le plus dur est maintenant d’y rester », et quand on lui demande

dans quel secteur les Limougeaudes pourraient inquiéter les Yonnaises ? il répond dans Ouest France « Tout va dépendre de notre adversaire, répond le coach yonnais. Limoges dispose d’un gros cinq majeur, mais il a peu de banc, donc de rotation. Si ce « cinq » sort un énorme match et qu’il tient dans l’intensité, ce sera difficile. Mais pour l’instant, Limoges n’a pas encore réussi cela…».

  • Le Havre (2) – Perpignan (14)

Le match aura lieu le Mardi 4 mars – 20h00.

A propos de l'auteur

Fondateur du projet Parlons Basket.
Grand passionné de Sport, et principalement de Basket. Supporte les New York Knicks et l’ASVEL Basket.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.