Ils nous ont tant habitué à dominer la NBA de la tête et les épaules qu’on a du mal à les imaginer en galère. Et pourtant, Golden State vient de vivre une semaine tout simplement cauchemardesque.

Il s’agit très probablement de la pire période de l’ère Steve Kerr, et le coach californien n’a d’ailleurs pas eu de mal à l’avouer en conférence de presse cette nuit. A nouveau défaits du côté de San Antonio (104-92), les Warriors viennent de concéder une 4ème défaite en 5 matchs, leur seule victoire dans cette série ayant eu lieu aux dépens des modestes Hawks. Pour visualiser la galère dans laquelle se trouvent les doubles champions en titre, voici le résumé jour par jour d’une semaine qui laissera des traces dans la Baie.

Lundi : Défaite face aux Clippers, clash entre Draymond Green et Kevin Durant

Mardi : Suspension de Draymond Green, victoire poussive contre Atlanta

Mercredi : Le retour de Steph Curry est repoussé

Jeudi : Large défaite face à Houston

Vendredi : Blessure de Draymond Green

Samedi : Défaite face à Dallas

Dimanche : Défaite face à San Antonio

Rien ne va plus pour Golden State, donc, qui reste malgré tout encore 2ème à l’Ouest avec 12 victoires pour 6 défaites. Officiellement, la franchise limite la casse, à l’image de Steph Curry qui a expliqué dans la presse qu’un clash en novembre ne pouvait pas conditionner ce qui allait se passer 6 mois après.

En interne, cependant, la gestion est difficile à tous les étages. On sait par ailleurs la difficulté de gagner 3 titres de suite. Les Lakers de Kobe Bryant et Shaquille O’Neal ont été les derniers à réussir pareil exploit au début des années 2000. Quant aux Bulls de Jordan, qui l’ont réussi par deux fois auparavant dans les années 1990, la dernière saison du fameux three-peat a toujours été semée d’embûches et s’est révélée être de loin de la plus difficile.

Fin meneur d’hommes, Steve Kerr va devoir redoubler de malice et d’intelligence dans ses choix et ses explications pour remettre le vestiaire et la franchise dans l’ordre. En l’état, Golden State n’est que l’ombre du champion qu’il était.

A lire également : « Kevin Durant va partir, point barre. C’est fini »