Publicité

NBA – L’heure du bilan : Minnesota Timberwolves

WCCO Radio (DR)

Puisque la campagne NBA 2019/2020 est interrompue pour une durée indéfinie, nous vous proposons une série de bilans dans l’éventualité d’un arrêt définitif de la saison : un jour, une franchise. On revient sur la saison écoulée de chaque club, sur les objectifs affichés mais également sur nos attentes pour la saison prochaine. Aujourd’hui, c’est l’heure de faire le point sur la saison des Wolves.

Publicité

La saison des Wolves

Un vrai roller-coaster comme diraient nos confères outre-atlantique. Après avoir nommé Gersson Rosas comme nouveau président des opérations basket en mai dernier, les Wolves abordaient cette saison plein d’ambition. Et ça avait plutôt bien commencé. Après un mois de saison, le club affichait un bilan honorable et encourageant de 10 victoires et 8 défaites. Karl-Anthony Towns détruisait les défenses adverses sans forcer, et Andrew Wiggins semblait enfin bien dans ses baskets.

Puis est venu le mois de décembre, et là, toutes les lumières se sont éteintes au Target Center. Les Wolves ont traversé une période très sombre, d’une violence sans nom : 11 défaites consécutives pour débuter décembre, puis 13 défaites consécutives entre le 11 janvier et le 5 février, avant de perdre 8 des 11 qu’ils ont joué après le All-Star Break. Si la cause principale de cette implosion était la santé de KAT (29 matchs manqués sur 64 joués par les Wolves), le club a complètement perdu pied dès le mois de décembre, plombant leur saison seulement un mois après son début.

Bien sûr, on retiendra quand même l’arrivée de D’Angelo Russell, échangé à la deadline contre Andrew Wiggins, et sur lequel les Wolves lorgnaient depuis l’été dernier. Il est enfin réuni avec Towns et leur duo offre des motifs d’espoir aux fans de la franchise.

Publicité

Les objectifs de la saison

L’objectif du club, bien que difficile à réaliser si on reste lucide, était de jouer les playoffs. Autour d’un duo Towns/Wiggins motivé par l’arrivée de Rosas et la prise de pouvoir définitive de Ryan Saunders, les Wolves se mettaient à rêver après leur bon départ.

Mais comme on l’a dit plus haut, le retour à la réalité a été terriblement violent dès le deuxième mois de la saison. L’hiver a été très, très glacial (5 victoires et 25 défaites en janvier et février) dans le Minnesota et la draft 2020 s’est finalement rapidement révélée être le réel objectif du club.

Publicité

Le moment de la saison des Wolves

Le swap Wiggins / Russell à la deadline. Alors qu’ils avaient touché le fond en janvier, les Wolves ont été « sauvés » par leur GM Gersson Rosas. Celui-ci s’est activé en coulisses pour faire en sorte que toute cette saison ne soit pas à jeter. Résultat des courses : un Andrew Wiggins qui fait ses valises après 5 saisons et demi de bons et loyaux service mais sans grande saveur, et l’arrivée de la cible estivale du club et grand ami de KAT, D’Angelo Russell.

Le front office le voulait depuis l’été dernier et réussissait enfin à l’attirer dans leurs filets près six mois plus tard. S’il n’est en aucun cas le sauveur, il a néanmoins apporté un vent de fraicheur aux fans déprimés par la saison ridicule de leur équipe. Désormais, les Wolves vont tout faire pour bâtir un avenir radieux autour de leur nouveau duo.

Publicité

La suite et les attentes

Il va falloir du temps aux Wolves désormais. Le noyau dur est certes formé, mais le groupe a été drastiquement modifié en cours de saison et n’a bénéficié que d’un petit mois pour travailler. En plus de D-Lo, il faudra donc aussi que les Malik Beasley, Juan Hernangomez et tous les autres nouveaux s’intègrent dans le système de Saunders.

Pour ça, il faudra jouer une saison entière tous ensemble, afin de créer une cohésion, de former un vrai groupe capable de grandir et de se développer sur le long terme. En résumé, on s’attend à un calme plat durant la prochaine intersaison des Wolves.

Tous les bilans disponibles : ClippersLakersNuggetsJazzThunderRocketsMavericksGrizzliesBlazersPelicansKingsSpursSunsWarriorsBucksRaptorsCeltics

On a beau y réfléchir, on a du mal à trouver une équipe dont la saison a été plus déprimante que celle des Wolves. Maintenant, il faut rapidement tourner la page, oublier cet exercice compliqué, et se projeter vers la suite. Il y a beaucoup de boulot, mais avec Towns et Russell aux commandes, les Wolves ont de quoi envisager l’avenir avec sérénité.

Minnesota Timberwolves NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA