A quoi ressemble le meilleur 5 uniquement avec des joueurs nés la même année ? C’est la question à laquelle nous tentons de répondre au travers de cette chronique. Aujourd’hui, place à 1989.

Chaque Draft, chaque franchise, chaque décennie ont plus ou moins eu le droit à leur 5 majeur ultime. De notre côté, on s’est lancé un petit défi : à quoi ressemble le meilleur 5 en fonction de l’année de naissance des joueurs ?

Petite précision : si certains joueurs ne correspondent pas à leur poste, c’est normal. Nous avons adapté au mieux pour vraiment inclure les 5 meilleurs athlètes de l’année en question.

Vous pouvez retrouver tous les autres numéros en cliquant ici.

Meneur : James Harden

Date de naissance : 26 aout 1989

Moyennes en carrière : 24.3 points – 5.2 rebonds – 6.2 passes – 44.3% au tir – 36.5% à trois-points – 85.7% aux lancers-francs (au 7 août 2019)

Il est l’une des armes offensives les plus inarrêtables de la ligue ait. James Harden, arrière de formation, occupe la mène de ce cinq. Un problème pour lui ? Pas du tout. Depuis quelques années il est, et ce malgré l’arrivée de Chris Paul et la présence de Patrick Beverley à ses débuts à Houston, le principal porteur de balle de son équipe. Il a même officiellement été positionné meneur lors de la saison 2016-2017. Résultat : 11 caviars distribués par match accompagnés de 29 points. Insuffisant pour être MVP face à la saison historique de Russell Westbrook en triple double de moyenne. Harden a alors remis la saison suivante pour être MVP avec des moyennes impressionnantes de 30 points et 8.8 passes. Cette année il s’est même permis une pointe à 36 points de moyenne, premier joueur à dépasser les 36 points depuis Michael Jordan en 1987. Cela vous classe un homme. Grâce à ce total, il a été couronné, pour la seconde fois de suite, meilleur scoreur de la saison. James Harden terrifie toutes les défenses par ses isolations et son célèbre step back qui le rendent indéfendable. Un véritable enfer pour n’importe quel défenseur. Il bute cependant sur les Warriors depuis deux saisons en playoffs. Problème qu’il compte régler avec l’arrivée de son ancien coéquipier et ami au Thunder, Russell Westbrook, à l’intersaison 2019. El Barbudo a désormais toutes les cartes en mains pour aller chercher sa première bague.


Arrière : Jimmy Butler

Date de naissance : 14 septembre 1989

Moyennes en carrière : 16.7 points – 4.9 rebonds – 3.5 passes – 45.4% au tir – 34.1% à trois-points – 83.5% aux lancers-francs (au 7 août 2019)

Choisi en seulement 30ème position de la draft 2011, rien ne prédestinait Jimmy Butler à devenir la star qu’il est actuellement. Malgré trois belles saisons à Marquette, Butler est surtout annoncé comme un gros défenseur. Après des débuts timides dans la ligue où il obtient un rôle restreint, le Buckets explose véritablement lors de la saison 2014-2015, saison qui le verra sacré MIP. Une belle consécration pour un joueur qui, à force de travail et d’acharnement, a réussi à développer un jeu offensif et une capacité à créer digne d’un potentiel franchise player d’une équipe. Cela ne l’a pas pour autant fait oublier de défendre, l’arrière étant sélectionné à quatre reprises dans la All-Defensive Second Team. Une juste récompense pour ce joueur qui ne lâche jamais rien et à qui la vie n’a pas fait de cadeau. Après une demi-saison à Philadelphie, Butler a finalement décidé de prendre la direction du Heat à l’été 2019, ce qui lui permet de retrouver ce rôle de franchise player qu’il aime tant.

Ailier : DeMar DeRozan

Date de naissance : 7 août 1989

Moyennes en carrière : 19.9 points – 4.3 rebonds – 3.4 passes – 45.1% au tir – 28.3% à trois-points – 82.8% aux lancers-francs (au 7 août 2019)

Sélectionné avec le 9ème choix de la draft 2009 par les Raptors, DeMar DeRozan est assurément l’un des joueurs les plus techniques de sa génération. Si son jeu peu sembler un peu old school et peu efficace, DeMar il n’en reste pas moins un régal à regarder jouer. Son footwork n’a que peu d’égal dans la ligue. Son mi-distance, inspiré par son idole Kobe Bryant, est d’une pureté rare. Très fort en isolation, DeRozan a, en plus de cela, développé depuis quelques temps un jeu de passe très intéressant, lui permettant d’être le principal créateur balle en main cette année avec les Spurs. Très attaché à Toronto, il a vécu comme un déchirement la séparation avec l’équipe qui l’a drafté. Un trade encore plus difficile à accepter après le titre de Kawhi Leonard avec son ancienne équipe, alors qu’elle butait à chaque fois en playoffs lorsqu’il était encore le leader. 4 fois All-Star, présent 2 fois dans une All-NBA Team, DeMar DeRozan n’en reste pas moins l’un des meilleurs arrières des années 2010.

Ailier Fort : Blake Griffin

Date de naissance : 16 mars 1989

Moyennes en carrière : 21.9 points – 9 rebonds – 4.5 passes – 50.2% au tir – 34.2% à trois-points – 69.2% aux lancers-francs (au 7 août 2019)

Blake Griffin est sélectionné en première position de la Draft 2009 par les Clippers, après deux ans chez les Sooners de l’Oklahoma dont une année sophomore impressionnante. Malheureusement, le joueur doit déclarer forfait pour la saison suite à une fracture de fatigue au genou. Plus déterminé que jamais, et après avoir pu s’accommoder du mode de vie NBA, Blake Griffin réalise une année rookie exceptionnelle, avec notamment un monstrueux double-double en 44 points et 15 rebonds face aux Knicks lors de son 14ème match dans la grande ligue, ou bien ses 47 points et 11 prises contre les Pacers en janvier. Ses prouesses vont lui permettre d’être déjà sélectionné au match des étoiles. Lors du All-Star Week-end 2011, il est également invité au Slam Dunk Contest où il fait sensation et qu’il remporte. Il va ensuite former un big three impressionnant, avec Chris Paul et DeAndre Jordan, mais qui ne va jamais dépasser les demi-finales de conférence. En plus d’être doté d’un talent qui fait de lui l’un des meilleurs joueurs à son poste, Blake Griffin va surtout rester dans les mémoires grâce à ses qualités athlétiques surhumaines, qui lui ont permis de coller des posters parmi les plus sales de l’histoire. Et ce n’est pas Pau Gasol ou Brandon Jennings qui diront le contraire.

Pivot : Hassan Whiteside

Date de naissance : 13 juin 1989

Moyennes en carrière : 13.4 points – 11.4 rebonds – 2.3 contres – 57.4% au tir – 22.2% à trois-points – 59.3% aux lancers-francs

La carrière d’Hassan Whiteside est loin d’avoir été un long fleuve tranquille. Sélectionné en 33ème position de la draft 2010 par les Kings, Whiteside a eu du mal à s’imposer à Sacramento, se baladant entre l’équipe première et la G-League. Suite à une blessure au genou en 2011 et à des performances en dents de scie, le pivot est coupé par les Kings et se promène à travers différentes équipes de G-League. Il va s’exiler au Liban puis en Chine pour poursuivre son rêve de basketteur. Il est ensuite signé deux fois par les Grizzlies en 2014, avant d’être coupé à chaque reprise. Il entrevoit enfin la lumière lorsque le Heat lui donne sa chance, en novembre de la même année. Grâce à sa défense de fer, il se fait petit à petit une place dans l’équipe avant de devenir un pivot réputé en NBA. Sa belle histoire avec Miami a cependant pris fin à l’été 2019, après que le joueurs ait été transféré à Portland.

Découvrez le 5 de votre année de naissance :

1963 (Jordan)1976 (Duncan)1977 (Pierce)1978 (Kobe)1979 (McGrady)1980 (Ming)1981 (Randolph) – 1982 (Parker) – 1984 (LeBron) – 1985 (Chris Paul)1988 (Curry) – 1989 (Harden)1990 (Lillard)1991 (Kawhi)1992 (Irving)1993 (Davis)1994 (Giannis)1995 (Towns)1996 (Russell)1997 (Fox)

Dernières news NBA | Buzz du jour | Transferts | Franchises | Joueurs