NBA – Les 5 meilleurs joueurs draftés par chaque franchise depuis 2010

0

À quelques semaines de l’année 2020, il est l’heure des bilans sur la décennie. Qui s’en sort le mieux dans cet exercice difficile qu’est la draft NBA ? Entre incertitudes et surprises récurrentes, les conséquences sont souvent très aléatoires. Durant ces 10 années, les équipes ont connu des fortunes bien diverses.

Atlanta
Luka Doncic – John Collins – Dennis Schroder – Kelly Oubre – Devonte’ Graham
Boston
Jayson Tatum – Avery Bradley – Jaylen Brown – Marcus Smart – Terry Rozier 
Brooklyn/New Jersey
Derrick Favors – Kyle Kuzma – Jarrett Allen – Mason Plumlee – Jordan Crawford 
Charlotte
Kemba Walker – Tobias Harris – Shai Gilgeous-Alexander – Frank Kaminsky – Cody Zeller 
Chicago
Jimmy Butler – Jusuf Nurkic – Gary Harris – Wendell Carter Jr – Coby White 
Cleveland
Kyrie Irving – Andrew Wiggins – Dion Waiters – Collin Sexton – Tristan Thompson
Dallas
Trae Young – Kelly Olynyk – Dennis Smith Jr. – Jalen Brunson – Tyler Zeller
Denver
Nikola Jokic – Donovan MitchellRudy Gobert – Jamal Murray – Evan Fournier 
Detroit
Andre Drummond – Khris Middleton – Spencer Dinwiddie – Greg Monroe – Luke Kennard
Golden State
Klay Thompson – Draymond Green – Harrison Barnes – Kevon Looney – Eric Paschall 
Houston
Clint Capela – Montrezl Harrell – Nikola Mirotic – Jeremy Lamb – Marcus Morris

Indiana
Kawhi Leonard – Paul George – Caris Levert – Myles Turner – Lance Stephenson 
L.A. Clippers
Al-Farouq Aminu – Reggie Bullock – Miles Bridges – Cheikh Diallo – Jerome Robinson 
L.A. Lakers
D’Angelo Russell – Brandon Ingram – Julius Randle – Lonzo Ball – Larry Nance Jr. 
Memphis
Ja Morant – Jaren Jackson Jr. – Greivis Vasquez – Tony Wroten – Joffrey Lauvergne
Miami
Bojan Bogdanovic – Bam Adebayo – Josh Richardson – Justise Winslow – Tyler Herro 
Milwaukee
Giannis Antetokounmpo – Malcolm Brogdon – Jabari Parker – Norman Powell – John Henson 
Minnesota
Karl-Anthony Towns – Zach Lavine – Lauri Markkanen – Wesley Johnson – Trey Burke
New Orleans
Anthony Davis – Buddy Hield – Austin Rivers – Nerlens Noel – Cole Aldrich 
New York
Kristaps Porzingis – Tim Hardaway Jr. – R.J. Barrett – Iman Shumpert – Mitchell Robinson
Oklahoma City
Eric Bledsoe – Steven Adams – Reggie Jackson – Quincy Pondexter – Cameron Payne 
Orlando
Victor Oladipo – Domantas Sabonis – Aaron Gordon – Dario Saric – Jonathan Isaac 

Lire aussi | Notre classement des 50 meilleurs joueur de la décennie (n°50 à 41)

Philadelphie
Joel EmbiidBen Simmons – Nikola Vucevic – Evan Turner – Elfrid Payton
Phoenix
Devin Booker – Bogdan Bogdanovic – T.J. Warren – DeAndre Ayton – Markieff Morris 
Portland
Damian Lillard – C.J. McCollum – Will Barton – Harry Giles – Rondae Hollis-Jefferson 
Sacramento
DeMarcus Cousins – Isaiah Thomas – De’Aaron Fox – Hassan Whiteside – Marvin Bagley
San Antonio
Dejounte Murray – Cory Joseph – Kyle Anderson – Derrick White – James Anderson 
Toronto
Pascal Siakam – Jonas Valanciunas – Terrence Ross – Delon Wright – Ed Davis
Utah
Gordon Hayward – Enes Kanter – Taurean Prince – Rodney Hood – Josh Hart
Washington
John Wall – Bradley Beal – Otto Porter – Jordan Clarkson – Rui Hachimura

En prenant en compte les choix de draft bruts, cela permet de constater (de manière très utopique) les équipes que certaines franchises auraient pu monter à travers la draft.

Mais commençons par les plus pauvres d’entre elles. Si les Clippers sont dans la meilleure position de leur histoire pour aller chercher un titre, ce n’est certainement pas grâce à leurs choix de draft. La franchise californienne a certainement le moins bon dossier à ce jeu-là. Rien d’incroyable non plus chez les Grizzlies, qui se rattrapent néanmoins très bien sur les deux dernières drafts avec les choix de Jackson et Morant. Malgré le fait que les joueurs en question ont plutôt très bien collé à l’état d’esprit de la franchise, les Spurs n’ont pas frappé très fort non plus sur le papier. Évidemment à relativiser puisque les Spurs possèdent le meilleur bilan de la décennie et n’ont pas souvent eu la chance de drafter haut. Les texans font partie des équipes à n’avoir drafté aucun All-Star sur la décennie, avec les Clippers et les Grizzlies donc, mais aussi OKC, Toronto, Phoenix, Brooklyn, Miami, Houston, Atlanta, Boston et Dallas. Pour Toronto, Dallas, Atlanta et Phoenix, c’est en bonne voie pour changer dès février prochain.

Au rang des très bons élèves, nous sommes obligés de citer les Warriors, qui ont été chercher leur premier titre en 2015 avec leurs trois meilleurs éléments de draft dans leur cinq de départ (+ Curry drafté en 2009). Avoir encore ses meilleurs joueurs issus de la draft, un point commun que les Dubs partagent avec Portland, Washington, Philadelphie ou encore Denver. Observation semblable pour les Celtics, qui avec l’indispensable trio Tatum-Smart-Brown, font valoir leur qualité à envoyer les bons éléments au pupitre d’Adam Silver.  

Notre petit coup de cœur est pour les Nuggets, qui possèdent peut-être le cinq le plus infernal. Leurs deux meilleurs joueurs actuel, les deux meilleurs joueurs du Jazz et le meilleur scoreur du Magic. S’ils n’ont pas réussi à conserver tous ces éléments, les choix sont forts en qualité et comme il y a deux français dans le lot, on valide forcément. Très gros casting aussi pour Indiana, qui fait actuellement le bonheur des Clippers. Malgré des mauvais résultats sportifs sur la décennie, il faut reconnaître que les Kings ont souvent fait des choix intéressants. Même constat pour les Knicks, qui à défaut de gagner beaucoup de matchs, ont déniché quelques très bons joueurs, sachant qu’on aurait également pu citer Landry Fields ou Kevin Knox. On peut également mettre l’accent sur Detroit (où l’on aurait pu citer Caldwell-Pope ou Brandon Knight), Minnesota et Chicago qui envoient plutôt du lourd, notamment sur leurs Top 3.

Bien sûr, tout est à relativiser si l’on prend en compte que les équipes avec de mauvais résultats ont plus souvent eu la chance de drafter haut et que certaines équipes ont souvent fait des choix déterminants dans les heures suivant la draft et pas durant celle-ci. Mais cela permet de constater le flair de certains front office et les erreurs des autres. Alors, quel est votre Top 5 favori ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.