NBA – « Je peux être à la fois Shaq, Kobe et Jordan quand je veux »

NBA Joel Embiid en surconfiance
NBA (DR) / Joseph A. Lee (CC)

Impérial face au Magic, Joel Embiid a livré une nouvelle performance majuscule. De quoi booster la confiance du Camerounais, qui s’est carrément comparé à une fusion de plusieurs légendes du basket ! Ce qui est sûr, c’est qu’il est inarrêtable sur les dernières semaines.

Publicité

Pire bilan de la ligue (8 victoires pour 38 défaites), Orlando ne pouvait pas faire le poids face à Joel Embiid. Le pivot de Philadelphie s’est donc gavé face aux Floridiens, cumulant pas moins de 50 points à 17/23 au tir, le tout accompagné de 12 rebonds et 3 contres ! Un véritable carnage de la part du deuxième des votes pour le MVP 2020-21, qui est totalement guéri de son infection à la covid-19 (28 points, 10.6 prises et 4.2 passes de moyenne cette saison).

Clairement, The Process a fait le show contre le Magic, et pas seulement pour les fans. Ses coéquipiers en ont également eu pour leur argent, notamment Tyrese Maxey. Ce dernier a d’ailleurs partagé une anecdote d’avant-match, en conférence de presse :

J’étais un fan. C’était incroyable à regarder… Je l’embêtais avant le match, « Qui vas-tu être ce soir ? Shaq ? Dirk ? » Il était comme, « Je vais être Joel. »

Publicité

Joel Embiid en surconfiance après le carnage contre Orlando

Effectivement, l’ancien de Kansas a joué comme il sait si bien le faire, à savoir en dominant outrageusement. Sa puissance physique couplée à sa technique la gonfle en main en font un casse-tête absolu pour ses adversaires, et bonne chance pour le résoudre… Ayant fait le plein de confiance, Embiid est également revenu sur les propos de Maxey. Selon lui, il peut incorporer tout ce qu’il y a de mieux en matière de balle orange :



J’ai dit « je serai moi » parce que parfois, quand je le veux, je peux être Shaq. Et quand je veux, je suis aussi capable d’être Dirk, Kobe ou MJ, des guards en fait. Shooter en sortie de dribble, prendre des pull-ups ou dribbler, juste une combinaison de tout sur le plan offensif. Donc, j’étais bien ce soir.

Publicité

Pas mal d’arrogance dans cette décla, mais elle n’est pas loin d’être justifiée. Le Camerounais n’est descendu qu’une seule fois sous la barre des 30 points depuis le Nouvel An, signe d’une régularité assez délirante. Ajoutez-y sa grosse moisson au rebond et son côté tracteur, et vous obtenez une force de frappe pratiquement nucléaire pour la franchise de Pennsylvanie qui doit toujours faire sans Ben Simmons. De quoi lui permettre de rester à portée du podium à l’Est (2 victoires de retard) :

Publicité

Difficile d’en vouloir à Joel Embiid d’être aussi confiant en lui-même, avec ce début d’année 2022 tonitruant. Si les Sixers peuvent entamer une remontée au classement, il sera plus que jamais un candidat sérieux au MVP.

En direct : toute l'actu NBA