NBA – Le meilleur 5 des joueurs nés en… 1996

0

A quoi ressemble le meilleur 5 uniquement avec des joueurs nés la même année ? C’est la question à laquelle nous tentons de répondre au travers de cette chronique. Aujourd’hui, place à 1996.

Chaque Draft, chaque franchise, chaque décennie ont plus ou moins eu le droit à leur 5 majeur ultime. De notre côté, on s’est lancé un petit défi : à quoi ressemble le meilleur 5 en fonction de l’année de naissance des joueurs ?

Petite précision : si certains joueurs ne correspondent pas à leur poste, c’est normal. Nous avons adapté au mieux pour vraiment inclure les 5 meilleurs athlètes de l’année en question.

Vous pouvez retrouver tous les autres numéros en cliquant ici.

Meneur : D’Angelo Russell

Date de naissance : 23 février 1996

Moyennes en carrière : 16.5 points –3.7 rebonds –5.1 passes – 41.9% au tir – 35.3% à trois-points –76.2% aux lancers francs (au 12 août 2019)

Sélectionné, pour son plus grand bonheur, par Lakers en deuxième position de la Draft 2015, D’Angelo Russell aura finalement dû s’éloigner de la Cité des Anges pour exploser. Entre sa brouille avec Nick Young, les attentes et la pression énorme de l’écusson des Lakers, les sorties nocturnes ou encore le difficile passage de témoin de Kobe Bryant, l’aventure de D’Angelo Russell aux Lakers n’est pas de tout repos et se termine par un trade en juin 2017. Le jeune meneur atterit à Brooklyn, ville pas réputée pour son calme non plus, mais dans un cadre plus propice à l’éclosion du jeune gaucher. Et le joueur va effectivement s’épanouir sous les ordres de Kenny Atkinson. Si sa première saison s’avère bonne, la deuxième est excellente. Le gaucher au shoot soyeux connait une grande progression, notamment sur pick and roll. Si le jeu de passes n’est pas son point fort, Russell va, au fur et à mesure de la saison, s’améliorer et faire jouer ses coéquipiers. Après la terrible blessure de Caris LeVert en novembre 2018, D’Angelo Russell élève un peu plus son niveau de jeu et enchaine les performances de haut vol pour emmener son équipe en playoffs pour la première fois depuis 2015. Cette formidable saison est d’ailleurs récompensée par une première sélection au All-Star Game. Malgré cela, D’Angelo Russell est transféré aux Warriors à l’été 2019, dans un sign and trade avec Kevin Durant. Une nouvelle aventure que le joueur est prêt à affronter.

Arrière : Devin Booker

Date de naissance : 30 octobre 1996

Moyennes en carrière : 21.4 points – 3.5 rebonds –4.2 passes – 43.7% au tir – 35.4% à trois-points – 85.4% aux lancers francs (au 12 août 2019)

Qui d’autre que Devin Booker, son grand ami, pour accompagner D’Angelo Russell dans le backourt ? Sélectionné en seulement 13ème position de la Draft 2015 par les Suns, après une timide année freshman à Kentucky, , l’arrière va se révéler être un formidable scoreur. Si son équipe coule depuis quelques années (à l’été 2019, seulement 87 victoires en 328 matchs depuis sa Draft), lui surnage. Shoot à trois-points dans n’importe quelle position, pénétration, jeu près du panier, création pour lui ou ses coéquipiers, la palette offensive de Devin Booker est sans limites et d’une pureté délicieuse. Il est également un véritable pyromane, capable de prendre feu à n’importe quel moment, en témoignent ses 70 points contre les Celtics en novembre 2017. Cependant, joueur tout aussi incroyable qu’il est, Devin Booker sait qu’il doit désormais empiler les victoires et pas seulement les points s’il entend être considéré parmi les meilleurs joueurs de la ligue.

Ailier : Justise Winslow

Date de naissance :  26 mars 1996

Moyennes en carrière : 8.9 points – 5.3 rebonds – 2.7 passes – 41.9% au tir – 37.5% à trois-points – 64.4% aux lancers francs (au 12 août 2019)

Drafté avec le dixième choix 2015, Justise Winslow aura mis un peu de temps à trouver sa place dans la ligue. Après quelques années plutôt neutres, malgré un potentiel évident, il montre surtout ses formidables capacités défensives avant d’exploser en 2019. Et le jeune joueur peut dire merci à Erik Spoelstra : le génial coach du Heat a tenté le pari de replacer Justise Winslow à l’hiver 2018 suite à la blessure de Goran Dragic. Bingo ! L’idée se révèle brillante, et le joueur impressionne dans son rôle de meneur. Trop puissant pour ses opposants et capable de leur faire vivre un véritable enfer avec sa défense de mort de faim, Justise Winslow s’épanouit pleinement. Il développe un très bon jeu de passes et applique parfaitement sur le terrain les consignes données par son coach. Le joueur a la totale confiance de sa franchise, elle qui a prolongé sa jeune pépite en octobre 2018 avec une extension de 3 ans et 39 millions de dollars.

Ailier Fort : Kevon Looney

Date de naissance : 6 février 1996

Moyennes en carrière : 4.5 points – 3.8 rebonds – 1 passe – 59.5% au tir – 59.3% aux lancers-francs (au 12 août 2019)

En voilà un qui porte bien son nom de Warrior. Drafté en toute fin de premier tour par Golden State en 2015, malgré une saison en quasi double-double à UCLA, Kevon Looney est un véritable guerrier qui s’est fait une place dans l’une des meilleures équipes de la ligue à la sueur du front. A l’origine considéré comme un poste 4, le joueur s’épanouit finalement dans un jeu de pivot où sa mobilité fait des ravages. S’il était, de base, surtout un joueur de garbage time lors de ses premières années, il se révèle lors des playoffs 2018 en Finales de Conférence contre Houston, apportant toute son énergie en défense face à James Harden. Encore une fois très bon lors des playoffs 2019, Kerr le préférant même souvent à DeMarcus Cousins, Kevon Looney est récompensé de ses bonnes performances avec un nouveau contrat de 15 millions de dollars sur 3 ans à Golden State à l’été.


Pivot : Myles Turner

Date de naissance : 24 mars 1996

Moyennes en carrière : 12.9 points – 6.7 rebonds – 2.1 contres – 49.5% au tir – 36% à trois points – 77.1% aux lancers-francs (au 12 août 2019)

Sélectionné en 11ème position de la Draft 2015 par les Pacers, Myler Turner devient rapidement le distributeur officiel de crêpes de la NBA. Lors de la saison 2018-2019, il distribue pas moins de 2.7 contres par match en moyenne et termine meilleur contreur de l’exercice. Mais Myles Turner n’est pas qu’un grand mur en défense. Capable de faire filoche derrière l’arc, il fait vivre un véritable enfer à tous les pivots de la ligue. Il lui reste cependant quelques domaines où il doit progresser, notamment au rebond. Son jeu près du panier est également encore un peu léger pour la grande ligue.

Découvrez le 5 de votre année de naissance :

1963 (Jordan)1965 (Pippen)1976 (Duncan)1977 (Pierce)1978 (Kobe)1979 (McGrady)1980 (Ming)1981 (Randolph) – 1982 (Parker) – 1984 (LeBron) – 1985 (Chris Paul)1988 (Curry) – 1989 (Harden)1990 (Lillard)1991 (Kawhi)1992 (Irving)1993 (Davis)1994 (Giannis)1995 (Towns)1996 (Russell)1997 (Fox)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.