Au travers d’une conférence de presse organisée hier, Kelli Tennant et son avocat sont revenus sur l’enquête ouverte contre Luke Walton. Elle l’accuse en effet d’agression sexuelle dans un hôtel.


C’est une affaire qui fait grand bruit dans le monde de la NBA. Après Kristaps Porzingis, c’est au tour de Luke Walton d’être mêlé à une affaire d’agression sexuelle dans une chambre d’hôtel. En quelques heures, cette enquête a fait réagir de nombreuses personnes : les Kings, son avocat ou ses anciens collègues, Steve Kerr, Stephen Curry et Klay Thompson.

C’est ce coup-ci au tour de Kelli Tennant, la plaignante, de s’exprimer pour la première fois au cours d’une conférence de presse. L’ancienne animatrice de Spectrum SportsNet raconte tout d’abord sa version des faits :

À lire également : Un effet LeBron sur les audiences des playoffs ?

Sorti de nulle part, il s’est mis sur moi, m’a cloué au lit et m’a tenu les bras baissés, de tout son poids. Il a embrassé mon cou, mon visage et ma poitrine. Et comme je lui demandais sans cesse de s’arrêter et de descendre, il se moquait de moi.

J’ai cru qu’il allait me violer. J’ai enfin pu me lever après ce qui m’a semblé être une éternité. Et j’ai immédiatement sauté pour quitter la pièce, et il s’est approché, m’a saisie par derrière et m’a encore tenu les bras vers le bas pour que je ne puisse plus bouger. Et il a recommencé à m’embrasser dans le cou. Je n’arrêtais pas de le supplier de lâcher prise et d’arrêter. Et il a continué à rire dans mon oreille. Il m’a finalement laissée partir, et je suis sortie de la pièce.

Kelli Tennant a ensuite expliqué pourquoi elle avait mis autant de temps avant de porter plainte. Cette affaire remonterait en effet à 2014 :

Quand quelqu’un vous agresse et que vous pensez que vous allez être violée, il est effrayant de se manifester. J’ai passé des années à m’en occuper, à essayer de l’oublier, en espérant que je pourrais le mettre de côté, l’enterrer et en espérant que le temps allait cicatriser. Mais ce n’était pas le cas. Et j’ai l’impression qu’au fil du temps, j’ai pu rassembler le courage et avoir assez de conversations avec mon avocat Garo Mardirossian où je me sentais à l’aise pour parler de ça.

Kelli Tennant a enfin parlé d’un comportement que Luke Walton a eu à son égard en mai 2017 lors d’un événement de charité. Selon elle, le futur entraîneur des Kings l’aurait forcée à lui faire un câlin, tout en ayant prononcé des remarques obscènes sur sa tenue. L’avocat de la jeune femme s’est également exprimé durant la conférence de presse, et n’envisage pas de déposer plainte pour l’instant auprès de la police :

Si vous allez à la police quelques années plus tard, il est très difficile de monter un dossier où vous devez prouver qu’il n’y a aucun doute. Ce niveau de diligence est beaucoup plus élevé. Les services de police ne sont donc pas très susceptibles de s’impliquer dans une affaire aussi vieille à l’heure actuelle. On ne ferme toutefois pas la porte à la police.
Peut-être que nous serons contactés par un service de police qui surveille ou écoute ou entend parler de cela et veut enquêter sur cela. Nous savons que la NBA va enquêter là-dessus. Nous verrons donc où cela nous mènera.

Cette affaire d’agression sexuelle présumée ne fait que commencer. Il n’est donc pas certain que l’on connaisse rapidement le fin mot de l’histoire.

Mais aussi : Les Sixers font du jamais vu dans leur histoire pour finir Brooklyn !

Actualités Basket USA Facebook