WNBA – 5 choses que vous ne saviez (sûrement) pas sur Marine Johannès

0

Le basket mondial est à ses pieds. Déjà incroyable sur les parquets européens, elle dépasse toutes les attentes sur les terrains de la WNBA. Partons à la découverte de Marine Johannès, l’avenir du basket français, en 5 anecdotes méconnues.

Note de la rédaction : les plus observateurs(-trices) auront sûrement remarqué, avec ce numéro consacré à Marine Johannès, il s’agit tout simplement de la première fois qu’une personnalité extérieure à la NBA intègre notre chronique. Allez hop, déjà une anecdote sur la joueuse.

1. Elle est « liée » à Nicolas Batum

Native de Lisieux dans le Calvados (14), le premier club de Marine Johannès est celui de Pont l’Évêque. Exactement le même parcours que Nicolas Batum, qui devient au fil du temps le mentor de la jeune joueuse et qu’il considère désormais comme sa « petite sœur ». Johannès et Batum se croisent pour la première fois alors que Marine n’a même pas 10 ans. Elle participera également à l’un des camps proposés par l’ancien joueur des Blazers.

Nicolas Batum raconte d’ailleurs souvent l’anecdote de la cérémonie d’ouverture des Jeux-Olympiques de Rio :

Quand je me suis retrouvé à la cérémonie d’ouverture avec elle, j’ai pris une photo et je l’ai envoyée à Sébastien Monnier, le président du club de Pont l’Évêque.

« Tu te rends compte qu’une ville de 7000 habitants à emmené deux gamins aux JO ? ».

C’est improbable ! C’est pour ça que c’est une belle histoire.

Et l’aventure ne semble pas prête de s’arrêter entre les deux. En plus d’un camp en commun avec Nicolas Batum, Marine Johannès répond favorablement à la proposition de Tony Parker en 2019 : elle rejoint donc l’Asvel Féminin pour trois saisons.

2. Elle s’inspire de Steph Curry

Step-back, passe aveugle, style de jeu libéré, rapidité et fluidité dans sa gestuelle de tir. Marine Johannès ne s’en cache pas, le meneur des Warriors est une source d’inspiration pour son jeu. Mordue de NBA, elle a commencée par admirer Tony Parker, Michael Jordan ou Kobe Bryant… mais pas que. En effet, celle qui déclare « je savais que je n’allais pas faire 2 mètres » (elle mesure 1.77m aujourd’hui) s’est ensuite penchée sur le jeu de petits meneurs tels que Stephon Marbury, Jason Williams ou encore de Jason Kidd.

Avec la plus récente domination de Stephen Curry et son style flamboyant, Marine ne manque désormais rien des performances du Baby-Faced Assassin :

C’est même mon joueur préféré sur ces dernières années. Je regarde tous ses highlights à chaque match, il y en a pas mal. Dès que je peux regarder un match de Golden State, je le fais.

George Eddy décrit même Marine Johannès comme la « copie conforme » du meneur américain. RMC Sport lui a d’ailleurs consacré un reportage de 28 minutes, intitulé « Marine Johannès, Curry à la française ».

Et si vous doutez encore de la comparaison, demandez à Maya Moore…

3. C’est la seule joueuse non-américaine dans le Top 10 des meilleures marqueuses de l’Euroleague

A 24 ans, Marine Johannès commence à se forger une belle expérience. Sa carrière professionnelle débute en 2011 à Mondeville (oui oui, à 16 ans) et elle découvre ensuite l’Euroleague avec Bourges ainsi que les grandes compétitions internationales avec l’équipe de France (EuroBasket, Coupe du Monde, JO). Lors de la saison 2018-2019 à Bourges, elle est élue meilleure arrière de l’Euroleague avec 15.1 points, 2.8 rebonds, 4.7 passes et 13.5 d’évaluation de moyenne. Elle apparait à la huitième place du Top 10 des meilleures marqueuses de la compétition. Un solide exploit puisque ce classement est largement dominé par les joueuses US. En effet les neuf autres filles sont américaines (Bria Hartley est franco-américaine, née aux USA et Allie Quigley est naturalisée hongroise mais vient de l’Illinois, ndlr). Le coq n’a pas peur de l’aigle américain !

4. Timide, elle a du mal avec les médias

Très timide, elle doit forcer sa nature lorsque les caméras ou les micros approchent. De l’avis de tous, Marine Johannes n’aime pas se livrer à l’exercice des médias et elle reconnait volontiers que ce n’est pas la partie qu’elle préfère. Pendant la Coupe du Monde 2018, la numéro 17 de l’équipe de France essaye même d’esquiver la conférence de presse.

Les éloges ? très peu pour celle qui voudrait se « faire bien oublier » selon les mots de son ancien président à Bourges, Pierre Fosset. Malheureusement, sa personnalité sur le terrain est en totale contradiction avec ce qu’elle dégage en dehors. Les défenses ne trouvent que rarement la solution pour stopper sa créativité et son audace. A défaut d’être expressive par les mots, Marine Johannès s’exprime parfaitement balle en main. Et ça, on ne va pas lui reprocher.


5. Son rythme de travail pour progresser est incroyable

Le talent de Marine est époustouflant. Elle s’adapte vite et le prouve dès lors de sa première saison en WNBA avec le New York Liberty. Très rapidement, elle signe son record de points face à Washington (22).

Mais pour en arriver à ce niveau, les prédispositions naturelles ne suffisent pas. Depuis plusieurs années, elle s’astreint un rythme de 500 tirs par jour et 3 heures d’entrainement afin de progresser encore et encore. Quand on vous dit que c’est un ovni !

Bonus : ses initiales et son numéro préféré

Lors de la saison 2018-2019 à Bourges, Marine Johannès change de numéro. Terminé le 8 et bonjour le… 23. Vous nous voyez venir ? Oui, cela donne Marine Johannès 23, soit MJ23. Tout comme sa majesté Michael Jordan. Simple coïncidence ? Évidemment que non :

J’avais le numéro 8, avant le 5. J’ai dû changer à cause des maillots qui ont été retirés, et le 23 me plaisait bien. J’ai hésité à le prendre, je pensais que ça ferait peut-être un peu trop.

Mais j’ai fini par me dire « Allez hop, c’est juste un numéro… »

Envie de lire nos précédents numéros des « 5 choses que vous ne saviez (sûrement) pas » ? Ça se passe ci-dessous :

Tyler HerroAllen IversonDraymond GreenMarinne Johannès (WNBA)Anthony DavisR.J BarrettKyrie IrvingTacko FallKawhi LeonardLou WilliamsJames HardenJa MorantBoban MarjanovicStephen CurryZion WilliamsonLuka DoncicHakeem OlajuwonGiannis AntetokounmpoMetta World PeaceJoel EmbiidRussell WestbrookDerrick RoseKevin DurantLeBron JamesJimmy ButlerYao MingLatrell SprewellLance StephensonJ.R. SmithKobe BryantBen SimmonsDeMarcus CousinsDonovan MitchellJaVale McGeeAdrian Wojnarowski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.